Le Blog des Couleurs qui croustillent

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 11 juillet 2020

Recap de l'année scolaire 2019-2020

Le PDF téléchargeable

Lire la suite...

samedi 4 juillet 2020

Bonnes vacances !

Bon sang, elles étaient attendues, celles-là... 2019-2020 a été vilaine jusqu'au bout.

Je ne vais pas trop me reposer tout de suite, car j'ai à faire :

  • Un résumé visuel de la façon dont j'ai vécu cette année scolaire en tant qu'enseignante. Avec un essai de ma tête (comme ci-dessous). J'ai donc eu l'occasion de constater que ça me met assez mal à l'aise de m'auto-mettre en scène dans mes dessins... Je teste. Pas sûr que je le refasse, même si j'ai quelques autres idées.
  • La réécriture du résumé de la première saison d'Artborescience. Le texte sera posté sous une forme "feuilletonesque" illustrée.
  • La troisième et la quatrième pseudo-affiches d'Artborescience
  • L'épisode sur les rapports entres esprit et matière, à terminer
  • Un gros morceau : le nouveau blog ! Avec quatre catégories :

1 : radio - 2 : artworks - 3 : école (avec quelques ressources pédagogiques, donc) - 4 - résilience (avec du jardinage, j'espère des low-techs...)

Et puis aussi des lectures pour la prochaine saison d'Artborescience, ainsi que quelques lectures plus légères et purement récréatives ; puis du ukulélé à entrainer, un jardin à jardiner...

Alors à tout bientôt, et je vous souhaite un bon début de vacances bien bien vacançantes.

dimanche 14 juin 2020

Artborescience artwork : Cultiver l'imaginaire

"Cultiver l'imaginaire, fertiliser le réel" est l'un des leitmotivs d'Artborescience.

Il m'a fallu un mois pour arriver à finir cette pseudo-affiche, tellement je manque toujours de temps :(

Personnages représentés :

Au milieu : La Petite Impératrice et AURYN, de L'Histoire sans fin de Michaël Ende

A gauche :
Le dragon Fuchur, de L'histoire sans fin
Une fée-feu follet
Rey de Star Wars
Une licorne qui ressemble vaguement à Rarity de My Little Pony
Carl Gustav Jung et Salomé
Les trois protagonistes de The Dark Crystal : Age of Résistance : Rian, Brea et Deet

A droite :
Le dragon Haku du film Le voyage de Chihiro de Miyazaki
Un mélange entre la chamane de la chanson Storyteller d'Awa Ly et de l'héroïne Promethea d'Alan Moore
Une mandragore de Final Fantasy XIV
Des phoques et une selkie blonde
Un mélange entre Ursula Le Guin, une elfe et une Vulcaine
Le chat noir : Morgana du jeu Persona 5
Ben, Maina / Saoirse et une chouette de Macha, du film d'animation Le chant de la mer de Tom Moore
Des Porgs de Star Wars

Prochainement, un billet sur l'épisode 7 d'Artborescience, et dernier de la saison.

Prochainement aussi, je vous donnerai quelques infos sur le nouveau blog que je compte créer cet été.

mercredi 6 mai 2020

Artborescience épisode 6 : désirs et langages

Rendez-vous le mercredi 6 mai à 16h sur Radio Campus Clermont-Ferrand, 93.3, pour l'épisode 6 d'Artborescience : désirs et langages.

Ou sur le site, en "direct" de la diffusion ou en podcast.

Dans l’épisode précédent, nous avons vu comment la culture émerge de l’esprit humain, de ses sentiments et de ses désirs. Dans cet épisode, nous continuerons d'abord à évoquer le désir comme puissance de transformation. Ensuite, nous nous intéresserons à l’influence du langage sur ces désirs, sur notre pensée et nos sentiments, pour enfin voir comment les mots peuvent en faire des pépites ou des cendres... En compagnie du Docteur Faust. Merci à Fatou (émission Gare à l'Art) et à Jérémy d'avoir prêté leurs voix respectivement à l'Esprit de la Terre et à Faust !

Le collier de l'épisode : → L’Histoire sans Fin, Michaël Ende→ Jean-Pierre Siméon → Contre-addiction, nouvelle d’Alain Damasio → La fin du sublime ? Anne Dufourmantelle → Spinoza → Tarot de Marseille → Rêver l’obscur de Starhawk → Premier contact de Denis Villeneuve → 1984, George Orwell → langage inclusif pour en dire du bien → Simone de Beauvoir → Faust de Goethe→ Île, de Aldous Huxley (→ et un peu Henri Bergson d’amour, quand même!)

Voici les ouvrages et références culturelles pop ou savantes évoquées plus ou moins légèrement dans cet épisode :

  • Le film Premier Contact, Denis Villeneuve
  • Encore l’essai du neuropsychiatre Antonio Damasio, L'ordre étrange des choses
  • Le roman L’histoire sans fin, de Michaël Ende
  • JP Siméon, Conférence à ESPE de Chamalières du 14 mars 2017 : Ce qu’est et ce que n’est pas la poésie
  • Alain Damasio, nouvelle « Contre-addiction » publiée dans le hors-série du magazine Socialter
  • Chronique de Anne Dufourmentelle du 9 juin 2016 pour Libération : "La fin du sublime"
  • L’essai Rêver l’obscur, de Starhawk
  • Découvrir la philosophie – le sujet, de Alain Renaut  ; Atlas de la philosophie, collection la Pochothèque, par Peter Kunzmann, Franz-Peter Burkard et Franz Wiedmann
  • Le miracle Spinoza, Frédéric Lenoir
  • Deux trois symboles du Tarot de Marseille
  • Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe
  • 1984, Georges Orwell
  • Sur France culture, émission « Avoir raison avec George Orwell » par Brice Couturier, du 06/07/2017 : https://www.franceculture.fr/emissions/avoir-raison-avec-george-orwell/la-novlangue-instrument-de-destruction-intellectuelle
  • Faust, Goethe
  • Île, Aldous Huxley

Une émission à propos de la novlangue, instrument de destruction intellectuelle : sur France culture, émission « Avoir raison avec George Orwell » par Brice Couturier, du 06/07/2017

Autre émission sur une version contemporaine de la novlangue : les faits alternatifs

Références musicales :

Générique : "If the Stars were mine", Melody Gardot

Première pause musicale : "Je te veux", Erik Satie, Alexandre Tharaud au piano, chanté par Juliette

Deuxième pause musicale : "Gracias a la vida", Joan Baez

En fin d’émission : "Plus je t’embrasse", Blossom Dearie

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique, sachant que certains petits tapis apparaissent plusieurs fois) :

  • Ladyfingers, Herb Alpert & The Tijuana Brass – Whipped Cream & Other Delights
  • Je te veux, Erik Satie, interprété par Olga Scheps
  • Introduction de Over The Rainbow, Melody Gardot
  • Georges Bizet, Carmen suite N° 1, Intermezzo
  • Claude Debussy, Clair de Lune
  • Erik Satie, valse dansée, interprétée par Olga Scheps
  • Faust, opéra de Charles Gounod, Introduction ; par l’Orchestre du théâtre national de l’Opéra de Paris
  • Final Fantasy VII Piano Collection, Tifa’s Theme, Nobuo Uematsu

dimanche 3 mai 2020

Artborescience et fanarts

FFVII Remake m'a occupée pendant une semaine d'avril. J'en suis encore toute chamboulée !

Je suis encore plus chamboulée par la pensée qu'il va falloir lutter durement pour un "monde d'après" qui soit humain et vivant.

La première affiche pour Artborescience : Soyons dans le courant du vivant !

Au milieu : Aerith, Final Fantasy VII

A gauche :

Nausicaa et le renard-écureuil, Nausicaa et la vallée du vent Brunehilde/Ponyo et ses sœurs, Ponyo sur la falaise Caracole, La Horde du Contrevent d’Alain Damasio Petit Totoro blanc, Mon voisin Totoro

A droite : Henri Bergson, le philosophe de la vie Un moogle Mary et l’un des deux chats (Tib ou Gib), Mary et la fleur de la sorcière Lyra, son daemon et son aléthiomètre, His Dark Materials – Saga « A la croisée des mondes », Philip Pullman

Et ma fille a dessiné son doudou quelque part... Elle m'a aussi aidée à dessiner les fleurs !

Deux fanarts, Tifa et Jessie alter- :

A bientôt pour l'épisode 6 d'Artborescience !

dimanche 29 mars 2020

Artborescience épisode 5 : l'émergence de la culture

Dans ce cinquième épisode, nous parlons de l’émergence de la culture, de la fabrique du monde imaginaire. C’est plus que jamais d’actualité : si l’on veut sortir de cette mouise, il va falloir massivement apprendre à penser autrement.

Ce sera mercredi 1er avril à 16h, sur Radio Campus Clermont-Ferrand, 93.3.

Lors des épisodes précédents, nous avons tracé les linéaments de la théorie de l’émergence, que l’on peut grossièrement résumer ainsi : tout est plus que la somme des parties. Lorsque les éléments d’un système sont reliés entre eux par un nombre suffisant de connexions, un niveau d’organisation supérieur émerge. Et ce nouveau niveau d’organisation est caractérisé par un comportement nouveau ; il semble obéir à des règles nouvelles qui n’existaient pas avant. Des règles qui apparaissent avec l’augmentation de la complexité.

Nous avons considéré la vie comme un des niveaux d’organisation les plus hauts sur la pyramide de la complexité - un niveau présentant des lois particulières, qui lui sont propres et qui ne peuvent pas se réduire aux lois de la chimie et de a physique. Nous avons ensuite considéré l’esprit, le psychisme, comme un niveau d’organisation encore supérieur, émergeant de l’organisation complexe du système nerveux des êtres vivants.

Aujourd’hui, en repassant par les sentiments et la conscience, nous progresserons vers l'esprit créateur de culture jusqu'à la culture elle-même. Nous considérerons la culture comme un niveau encore supérieur d’organisation, qui prolonge ce qui fait l’essence de la vie : la magie de la métamorphose, la capacité à se recréer en permanence. Nous verrons cela avec La horde du Contrevent, les Furtifs, Harry Potter et Matilda.

Nous verrons avec L’Histoire sans fin (le roman de Michaël Ende et le film de Wolfgang Petersen) à quel point l’imaginaire et la qualité des désirs sont importants, et à quel point leur ancrage dans le réel l’est tout autant. Atreyu, Bastien et Fuchur nous apprendront que le plus important, ce n’est pas le monde imaginaire, ni le monde réel… mais la qualité de la relation entre les deux, tissée de nos désirs. Ils nous apprendront que notre vie même en dépend.

Les ouvrages déjà cités pour les émissions précédentes :

Antonio Damasio, L'ordre étrange des choses

Henri Bergson, œuvres tome 1, édités chez Le Livre de poche, collection la Pochothèque

Quelques conférences et émissions qui ont nourri ma réflexion :

Une conférence de Jean-Claude Ameisen : À la découverte des cultures chez les animaux, du mardi 21 janvier 2020 pour l'université Paris Diderot, que vous pouvez trouver sur Youtube

L’émission Les Savanturiers (France Inter) de Fabienne Chauvière : Les promesses des nouvelles méthodes d’apprentissage pour les enfants, avec comme invité le psychologue et neuroscientifique Olivier Houdé

Une conférence : « Comment exprimait-on ses émotions au Moyen-Âge », conférence de Damien Boquet et Valérie Delattre, enregistrée en avril 2017 que vous pouvez trouver sur le site de France Culture

L’émission : Remède la mélancolie du 21 mai 2017 (France Inter) réalisée par Eliane Girard, avec comme invitée Anne Dufourmantelle, psychanalyste et philosophe (encore une exception : une psychanalyste que j’aime bien)

Les puissances pop culturelles invoquées pour cet épisode :

  • L’histoire sans fin, le roman de Michaël Ende et le film de Wolfgang Petersen
  • Les Furtifs, Alain Damasio
  • La Horde du Contrevent, Alain Damasio
  • Harry Potter de JK Rowling
  • Matilda de Roald Dahl ainsi que son adaptation cinématographique
  • Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques, de Philip K. Dick
  • Très rapidement : Faust de Goethe, qui sera bien plus présent dans le prochain épisode
  • Ursula Le Guin, Le langage de la nuit : un essai sur l'imaginaire
  • Starhawk, Rêver l’obscur – Femmes, magie et politique, édite chez Cambourakis

Une recommandation très très chaude : Le Hors Série du magazine Socialter, sur le thème « Le réveil des imaginaires ». En trois grandes parties : La fabrique des imaginaires, imaginaires en luttes et effondrement des imaginaires – on pourrait dire aussi les imaginaires des effondrements. Alain Damasio en est le rédacteur en chef invité : on y retrouve donc Alain Damasio qui nous explique les concepts qui sous-tendent ses œuvres (et qui confirme ce que j’avais dit : les Furtifs sont bien des créatures BERGSONIENNES). Nous avons aussi le plaisir d’y lire les auteurs de SF Ursula Le Guin et Kim Stanley Robinson qui nous parle d’utopie et de dystopie ; le plaisir d’y lire aussi le philosophe Baptiste Morizot et l’écoféministe Emilie Hache. Vous y trouverez également un savoureux article sur le thème « Miyazaki : un voyage par-delà nature et culture » dans lequel il est beaucoup questions des œuvres des studios Ghibli mais où sont également évoquées d’autres œuvres de l’animation japonaise.

Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot
Pauses musicales :
Première pause musicale : Le sémillant Jaskier, Jette un sou au sorceleur
Deuxième pause musicale : Awa Ly, Storyteller

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique, sachant que certains petits tapis apparaissent plusieurs fois) :

Costa Del Sol, Final Fantasy VII OST, Nobuo Uematsu
Over The Rainbow, Melody Gardot
Ano Natsu He, OST du film Le voyage de Chihiro, Joe Hisaishi
Words Drowned by Fireworks, Final Fantasy VII, Nobuo Uematsu, « Final Symphony »
Lifestream, Final Fantasy VII, Nobuo Uematsu
Harry Potter 1 OST, Entery into the Great Hall and the Banquet, John Williams
Firesong, Kevin MacLeod
Harry Potter 1 OST, Diagon Alley and The Gringotts Valut, John Williams
Claude Debussy, Deux danses pour harpe et orchestre à cordes
Bedřich Smetana, Má Vlast (ma patrie), Vysehrad
Tifa’s Theme, Final Fantasy Piano Collection, Nobuo Uematsu

Pour cet épisode, de nombreux tapis musicaux proviennent de l’OST du jeu Final Fantasy 7. En effet, j’attends avec impatience le premier épisode du remake qui devrait sortir le 10 avril sur PS4… Combattons la Shinra pour de vrai !
Tissons des liens et faisons pousser des fleurs dans notre imaginaire et dans le réel pour prouver qu’un nouveau monde est possible.

Podcasts écoutés ou réécoutés pendant la mise en couleurs d'Aerith altermondialiste :

La méthode scientifique, sur France Culture​, épisode sur la découvreuse de l'ADN, Rosalind Franklin (une des victimes de l'effet Matilda) :

Série de podcasts Présages​ :

L'épisode hyper inspirant avec le formidable Corentin de Chatelperron qui nous parle de low-tech en nous donnant des valises d'espoir

L'épisode qui parle d'ecoféminisme avec Émilie Hache

dimanche 22 mars 2020

Comptines et coloriages

Je mets à profit ce temps de confinement pour ressortir ma tablette graphique. De plus, avec Apolline, nous avons décidé d'apprendre plein de poèmes, et d'en mettre certains en gestes. Nous avons aussi commencé à écrire quelques comptines pour les petits.

Je partage donc ici les dessins à colorier que j'ai dessinés (et des vieux que j'ai dépoussiérés), ainsi que les comptines filmées par Apolline.

Les coloriages (cliquez sur les miniatures pour ouvrir l'image en haute définition) :

Pour l'instant, sur ma chaîne YouTube, vous trouverez "Ronde des chats" de Bernard Clavel et les deux premières comptines que nous avons inventées : "Les couleurs de la fête" et "L'hiver endort les animaux".

(je n'affiche pas directement les videos ici, car ça ne fonctionne pas bien)

De plus, l'application et le site Whisperies rendent gratuits leurs livres numériques actuellement. N'hésitez pas ! Ces livres sont disponibles en version audio, et certains en anglais.

Mes deux histoires publiées sur cette plateforme, "Manon et Louette" et "Linotte se fait des amis", ont été mises en voix et sont disponibles en français et en anglais. (plutôt pour un public très jeune, entre 3 et 7 ans je dirais)

Je vous dis à très bientôt pour Artborescience, qui arboresce plus que jamais !

Courage, vigilance et solidarité.

samedi 1 février 2020

Artborescience épisode 4 : l'émergence du psychisme

Bonne fête d'Imbolc, bonne fête des chandelles et bonne fête des crêpes à vous ! Que vous la fêtiez aujourd'hui, demain, ou même toute la semaine prochaine.

Fêtez avec moi l'émergence de la lumière psychique avec l'épisode 4 d'Artborescience, le mercredi 5 février, de 16h à 17h, sur Radio Campus Clermont-Ferrand, 93.3.

Petite présentation de ce nouvel épisode en vidéo :

Si l'insertion de la vidéo ne fonctionne pas, cliquez sur l'image :

Lors des précédentes émissions, nous avons vu comment la complexité émerge de la simplicité en évoquant les travaux de Stuart Kauffman et les réflexions de John Gribbin et Robert Laughlin. Nous avons commencé à aborder l'émergence de l'esprit en insistant sur l'importance fondamentale des images produites par le système nerveux. Les sentiments sont une des catégories de ces images. Mercredi, nous prolongerons donc le mouvement que nous avons initié sur l'émergence de l'esprit.

Nous sauterons d'un niveau d'organisation à l'autre, du corps vers l'esprit en empruntant l'arc-en-ciel des émotions et des sentiments pour assister à l'émergence de la conscience. Nous illustrerons l'importance des sentiments dans le développement de la conscience en faisant passer aux androïdes de Philip K. Dick le test de Voigt-Kampff, en pieutant quelques vampires et en conjurant quelque démiurge, ce qui nécessitera de s'attarder sur la notion d'empathie.

L'importance des sentiments et l'insuffisance d'une intelligence mécanique nous conduirons à opposer intelligence et intuition, espace et durée. Nous conclurons ainsi l'émission, en bonne compagnie, puisque nous verrons en quoi le roman d'Alain Damasio, Les Furtifs, est un roman éminemment bergsonien.


Quelques références pop culturelles évoquées :
Le chant de la mer de Tomm Moore, Buffy contre les vampires, "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?" et L'Invasion divine de Philip K. Dick, Les Furtifs d'Alain Damasio...


Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot

Unique pause musicale (c'est une émission dense et longue!) : L'homme sans trucage, Dionysos

En fin d'émission : One more Kiss, Dear ; BO de Blade Runner par Vangelis

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique, sachant que certains petits tapis apparaissent plusieurs fois) :

"Watermelon Man", Herbie Hancock
"Where can I go without you", Keith Jarrett
"The Mother's Portrait", BO Le chant de la mer, Bruno Coulais
"Over The Rainbow", Melody Gardot
"She's a carioca", Brazilian Sketches, de Jim Tomlinson
"Blade Runner Blues", BO de Blade Runner, Vangelis
"Epiphanies", Battlestar Galactica OST, de Bear Mccreary
Arvo Part, Tabula Rasa : "I. Ludus"
"The divine dream", OST de Lighting Returns : Final Fantasy XIII, de Mitsuto Suzuki
"So tender", Keith Jarrett
Benjamin Britten, The Young Person's Guide to the Orchestra - 10. Variation I - The Harp
Claude Debussy, Danses, for harp & string orchestra

Voici les ouvrages qui ont permis l'émergence de cet épisode :

Les ouvrages déjà cités pour l'émission précédente :

Antonio Damasio, L'ordre étrange des choses

Henri Bergson, œuvres tome 1, édités chez Le Livre de poche, collection la Pochothèque – et en particulier Essai sur les données immédiates de la conscience et L’Évolution créatrice

Les ouvrages et articles introduits pour cette émission :

L'homme à la recherche de son âme, de Carl Gustav Jung

Un entretien réalisé dans le cadre de la parution de l’ouvrage de Serge Tisseron, L’Empathie, au cœur du jeu social, chez Albin Michel (2010) que l'on peut retrouver sur Cairn.fr : L'empathie, au cœur du jeu social, Serge Tisseron et Henri-Pierre Bass , Dans Le Journal des psychologues 2011/3 (n° 286), pages 20 à 23 https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2011-3-page-20.htm

LA MARQUE DE CELUI QUI A VU LE CHAOS., Compte-rendu du Livre Rouge de C.G. Jung, Nathan Schwartz-Salant, Les Cahiers jungiens de psychanalyse | « Cahiers jungiens de psychanalyse », 2011/2 N° 134

Émission : Les Chemins de la philosophie : Bergson, La Pensée et le mouvant, Invité : Frédéric Worms

Des textes gnostiques : Evangile de Thomas, Evangile de Marie, Evangile de Philippe, commentés par Jean-Yves Leloup

Article où l'influence de Bergson sur Jung est évoquée : Dangers de la compréhension psychanalytique, George Bright, Dans Cahiers jungiens de psychanalyse 2002/3 (n° 105)

Je rappelle que je n'aime pas la psychanalyse, mais j'aime Jung qui était aimé par Philip K. Dick et qui (Jung) aimait Bergson qui aimait Spinoza ; Spinoza qui est aimé par Antonio Damasio et Gille Deleuze qui est aimé par Alain Damasio. Et moi, je les aime tous.

dimanche 1 décembre 2019

Artborescience épisode 3 : la théorie de l'émergence, partie 2

Ce mercredi 4 décembre, à 16h sur Radio Campus Clermont-Ferrand, 93.3, nous continuerons d'explorer la théorie de l'émergence.

Dans cet extrait de l'épisode 37 de la saison 1 de Steven Universe, le héros fusionne avec sa meilleure amie pour devenir quelqu'un de nouveau. Garnet, grande habituée des fusions si l'on peut dire, explique à Steven et Connie qu'en fusionnant, ils ne sont pas devenus la simple somme de deux individus... Mais pas une seule personne non plus.

Quand deux gemmes fusionnent, elle se fondent en un individu nouveau. Un individu nouveau avec une personnalité propre, originale. Avec des qualités nouvelles, qui se résument pas à la seule addition des qualités des êtres fusionnés.

Tout est plus que la somme des parties : more is different. Plus, c'est différent. L'accumulation quantitative devient changement qualitatif. Voilà l'émergence résumée en une phrase... Mais l'émergence, c'est beaucoup plus que cela !

Tout d'abord, nous expliquerons les grands principes qui permettront de circonscrire la notion d'émergence ainsi que de comprendre ses conséquences lumineuses et ses conséquences obscures. Accrochez-vous, restez accrochés jusqu'à la fin : cette première partie sera relativement aride, mais la douceur suivra, car nous plongerons ensuite vers nos racines afin de penser l'émergence de la vie et l'émergence de l'esprit. Enfin, nous accosterons tout juste sur le continent des sentiments, que nous arpenterons dans la prochaine émission afin de gravir la montagne de la conscience.

J'aurai le plaisir d'évoquer lors de cette émission mon philosophe préféré : Henri Bergson. Nous suivrons le courant de la Durée bergsonienne pour appréhender son concept d'élan vital.


Peinture de A. Andrew Gonzalez

Erratum :

A un moment, je parle de la nostalgie des parents de Ponyo pour l'explosion cambrienne. Je me suis trompée, bien sûr. Ils parlent du Dévonien et non pas du Cambrien. C'est d'ailleurs une effervescence dévonienne que Fujimoto provoque, et pas une nouvelle explosion cambrienne : cela se voit à la ganache des poissons.

Le Cambrien correspond à la période où apparaissent les systèmes nerveux primitifs, puis des systèmes nerveux plus sophistiqués chez les premiers vertébrés (des poissons). Ci-dessous, un poisson du Cambrien à côté d'un poisson du Dévonien. Au moins 65 millions d'années les séparent !


Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot

Pauses musicales :
Première pause musicale : Desafinado, Joao Gilberto
Seconde pause musicale : L'histoire sans fin, Vendredi Sur Mer
En fin d'émission : Breaking Glass, David Bowie
%

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique, sachant que certains petits tapis apparaissent plusieurs fois) :

Over The Rainbow, Melody Gardot
Burn Out, The cinematic Orchestra
The Sea, Morcheeba
Part of the Process, Morcheeba
Jean-Sébastien Bach, petite fugue en sol mineur
The Pan Piper, Miles Davis, Sketches of Spain
Xenogears OST – Shevat – The Wind is calling
The jungle chorus, The northquest players
Low Life, Zoot Sims
So danço samba, Stan Getz et Luis Bonfé
OST de Ponyo sur la falaise, Joe Hisaishi
Carmen, Bizet – Carmen suite n°1 (Arr. E. Guiraud) : III Intermezzo
Carmen, Bizet – Carmen suite n°1 (Arr E. Guiraud) : IV. Séguedille

Références bibliographiques :

Les ouvrages déjà cités pour l'émission précédente :

Un Univers différent, Robert Laughlin
Simplicité profonde : le chaos, la complexité et l'émergence de la vie, John Gribbin
L'heure de s'enivrer, Hubert Reeves
Le dossier du magazine La Recherche n°405 datant de février 2007, « Emergence, la théorie qui bouscule la physique »

Les ouvrages introduits pour cette émission :

L'ordre étrange des choses, Antonio Damasio
Henri Bergson, œuvres tome 1, édités chez Le Livre de poche, collection la Pochothèque – et en particulier Essai sur les données immédiates de la conscience et L’Évolution créatrice

Une émission : Les chemins de la philosophie : Bergson, quand l'esprit rencontre la matière ; invité : Paul-Antoine Miquel, professeur de philosophie contemporaine à l'université de Toulouse

Une conférence passionnante que je vous recommande : ''La méduse qui fait de l'oeil et autres merveilles de l'évolution'', conférence de Jean Deutsch, spécialiste réputé de l'évolution biologique, pour l'Agora des Savoirs organisée par la ville de Montpellier.

mercredi 6 novembre 2019

Artborescience épisode 2 : la théorie de l'émergence, partie 1

Vous pouvez réécouter en podcast le deuxième épisode d'Artborescience, qui est le premier sur la théorie de l'émergence.

Annihilation d'Alex Garland est un film qui fait peur inspiré très très librement du roman éponyme de Jeff Vandermeer. Les héroïnes de ce film doivent explorer une zone interdite, par-delà une frontière irisée appelée le Miroitement. Cette zone est contaminée par un phénomène mystérieux et inexpliqué qui, par un truchement que je ne révélerai pas, pour ne pas divulgâcher, provoque des mutations très rapides chez les êtres vivants et des hybridations improbables. Ce phénomène qui parait a priori détruire les structures existantes semble en vérité conduire à la création de quelque chose de nouveau, comme l'une des exploratrices le note dans la bande-annonce. Comment la nouveauté émerge-t-elle de ce qui existe déjà ? Comment de l'inédit peut-il se créer à partir de la combinaison d'éléments préexistants et déjà bien connus ? Est-ce que la connaissance parfaite des éléments d'un système permet de connaître parfaitement les lois qui régissent leur combinaison ? Nous posons là la question de l'émergence.

Nous commencerons donc aujourd'hui notre exploration de la théorie de l'émergence, ce qui nous fournira quelques arguments pour répondre à une question profondément épistémologique (l'épistémologie, c'est à la fois l'étude critique des sciences et la science de la construction de la connaissance)  - cette question est : existe-t-il une loi fondamentale de laquelle tout découlerait, une loi qui nous permettrait de cerner d'une seule formule l'ensemble des lois qui régissent la diversité des phénomènes qui s'offre à yeux ? Ou bien n'existe-t-il rien de tel, et alors l'Univers ressemble à un Arlequin, à une famille de poupée gigognes qui sont toutes différentes... des poupées russes carnavalesques.

Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot
Pauses musicales :
Première pause musicale : La Llorona, Joan Baez
Deuxième pause musicale : Stronger than you, OST de la série Steven Universe
Troisième pause musicale : Begin Again, Norah Jones
En fin d'émission : Baby I'm a Fool, Melody Gardot

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique) :

So danço samba, Stan Getz et Luis Bonfé
Low Life, Zoot Sims
Life as a flower, OST du jeu Flower
Sea of Silence, Chill me out
OST de Ponyo sur la falaise
Invitation, Dorothy Ashby
UMN Mode, OST du jeu Xenosaga
Over the Rainbow, Melody Gardot
REFLECTIONS, Laurent de Wilde, New Monk Trio
Carmen suite n°1 III, Bizet
Mary's Theme, OST de Mary et la fleur de la sorcière

Références bibliographiques :

Un Univers différent, de Robert Laughlin, édité chez Fayard
Simplicité profonde de John Gribbin, chez Flammarion
L'heure de s'enivrer - L'Univers a-t-il un sens ? d'Hubert Reeves, chez Seuil
Le dossier du magazine La Recherche n°405 datant de février 2007, dossier intitulé « Emergence, la théorie qui bouscule la physique »
L'Art japonais de Joan Stanley-Baker aux éditions Thames&Hudson

Quelques références pop culturelles évoquées plus ou moins légèrement :

Annihilation, Alex Garland
Les films des studios Ghibli
L'impressionnisme, le pointillisme, le divisionnisme
Claude Monet, le jardin aux Iris
Jean Metzinger, Femme assise au bouquet de feuillage
Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris

lundi 30 septembre 2019

Artborescience épisode 1 : la théorie du chaos

Rencontrez Artborescience, l'émission jazzement scientifique, avec son premier épisode sur la théorie du chaos le mercredi 02 octobre de 16h à 17h sur Radio Campus Clermont-Ferrand !

Et pour ceux qui seront en animation pédagogique à ce moment-là, il y a le podcast :

La paléobotaniste incarnée par Laura Dern, dans le film Jurassic Park de Steven Spielberg, feint certainement d'ignorer ce qu'est la théorie du chaos afin de bénéficier de la démonstration tactile de Jeff Goldblum. L'explication très condensée de ce séducteur de Ian Malcolm nous suggère que le chaos au sens physique n'est pas simplement synonyme de désordre comme il l'est dans le langage courant. Le chaos s'apparente-t-il au désordre, à l'ordre, ou bien aux deux ? Cette question à laquelle nous répondrons en fait assez rapidement, nous permettra de parcourir les fascinantes facettes de cette théorie.

Nous allons couler avec cette goutte d'eau qui glisse sensuellement sur la main du Dr Sattler, pour traverser les nuages et cerner le champ sémantique du chaos. Nous nous interrogerons sur son rôle dans l'apparition de la vie, ce qui nous amènera à opposer entropie et complexité et à entrevoir différents destins possibles pour notre Univers. Enfin, après avoir rebondi sur la surface fractale d'un chou romanesco, nous déboucherons sur une manière singulière de concevoir le monde et d'apprécier sa beauté.

La liste des références musicales pour cet épisode :

Générique : If the Stars were mine version orchestrale, de Melody Gardot

Première pause musicale : It's Oh So Quiet, Bjork

Deuxième pause musicale : Pays sauvage, Emily Loizeau

Troisième pause musicale : Poussière, Merzhin

Les tapis musicaux :

UMN Mode, Xenosaga OST
Cache-Cache, Jacques Burtin
Firmament, OST du jeu GRIS
L'orage, Jacques Burtin
Extrait de Tristan et Isolde, Wagner
Ys, album « Renaissance de la harpe celtique » de Alan Stivell
MISTERIOSO, New Monk Trio, Laurent De Wilde

Références bibliographiques :

La théorie du Chaos, vers une nouvelle science de James Gleick, édité chez Flammation
Le chaos et l'harmonie, de Trinh Xuan Thuan, édité chez Folio
Un Univers différent, de Robert Laughlin, édité chez Fayard
Qu'est-ce que la vie ?, d'Erwin Schrödinger, chez Seuil
L'heure de s'enivrer - L'Univers a-t-il un sens ? d'Hubert Reeves, chez Seuil
Le destin de l'Univers, Jean-Pierre Luminet, chez Folio
Simplicité profonde de John Gribbin, chez Flammarion

Quelques références pop culturelles évoquées plus ou moins légèrement :

Jurassic Park de Steven Spielberg
Jackson Pollock
Bada Shanren, le peintre sauvage
Hokusai, jeune coq
Le livre de Kells
Dune, Frank Herbert
Hatoful Boryfriend, Moa Hato

lundi 23 septembre 2019

Artborescience

Voici venue Artborescience, une émission de vulgarisation scientifique jazzy, que vous retrouverez tous les premiers mercredis du mois à partir d'octobre 2019 sur Radio Campus Clermont-Ferrand de 16h à 17h.

Artborescience, c'est l'émission qui élargit votre horizon des événements, c'est l'émission qui entrelace les découvertes de la science contemporaine et les trouvailles de la culture populaire... L'émission ouverte à toutes les formes d'arts et de poésie. Artborescience, c'est l'émission qui révèle des liens, c'est l'émission qui synthétise et qui alchimise, l'émission qui butine et qui fertilise, et enfin l'émission qui assume de tirer parfois les sciences par les cheveux !

La page de l'émission sur le site de Radio Campus

La page facebook de l'émission

samedi 4 mai 2019

Le retour de la Force

Premier post ici depuis plus d'un an et demi. Comme je l'ai écrit à l'époque, c'est plutôt ma page Facebook qui me sert de blog, maintenant. C'est beaucoup plus rapide : je n'ai pas vraiment le temps d'écrire et de mettre en forme des articles. Je peine déjà tellement à trouver le temps de dessiner, de peindre, d'écrire et de travailler mon ukulele...

Comme je ne parviens vraiment plus à trouver du temps pour Wermob-pilotes (et ce ne sera pas possible avant les vacances d'été), je consacre plutôt mes très rares moments d'écriture à la conception d'une émission de radio que je proposerai à Radio Campus Clermont-Ferrand pour la rentrée de septembre : Artborescience, l'émission lyrico-scientifique qui relie des feuillets d'espace-temps culturels. Il s'agira d'une émission mensuelle de 55 minutes.

La maquette du premier épisode est déjà enregistrée. Vous pouvez écouter l'introduction de l'introduction de l'épisode ici :

Pour les nouvelles aquarelles et les derniers évènements, je vous renvoie au portfolio en ligne et à la page Facebook.

Ce blog renaîtra peut-être de ses cendres un jour ! Avec peut-être du contenu pédagogique en plus.

dimanche 9 juillet 2017

La maîtresse en maillot de bain

C'est ainsi que je repointe le bout mon museau, six mois plus tard. Mais vous n'ignorez pas complètement pourquoi, et ceux qui ont la gentillesse de me suivre sur la page facebook sont encore davantage informés.

J'ai été admise au concours de recrutement des professeurs des écoles. Je serai donc fonctionnaire stagiaire à partir de septembre. La préparation de la rentrée a déjà commencé et elle est bien sûr loin d'être finie. J'ai encore pas mal de travail à abattre avant de pouvoir souffler, profiter de trois semaines de vacances salutaires et me remettre sereinement à mes activités artistiques et littéraires le temps de cette parenthèse. J'aimerais tellement avoir le temps de réécrire le tome 1 de Wermob-pilotes, de continuer le tome 2, de continuer à gribouiller et griffonner la trame de ce petit univers... Mais je ne dois pas me leurrer : c'est peu probable. Si j'arrive déjà à jeter quelques idées sur le papier et à rédiger un ou deux chapitres, ce sera bien.

De plus, je pars en Bretagne - mon Morbihan chéri - au mois d'août, et là j'ai bien l'intention d'aquareller cette atmosphère iodée qui m'a tant manqué pendant huit ans.

Je vous souhaite un bon été, et j'espère pouvoir poster quelques aquarelles marines avant la rentrée.

En attendant, une petite créature de feu peinte à la va-vite pour le solstice d'été.

dimanche 18 décembre 2016

Novinkber et decinkber

Comme d'habitude depuis septembre, je suis en retard pour mettre à jour le blog, et c'est encore pire pour le portfolio.

Les dernières gribouilles :

Samain Witch, toujours pour Inktober :

Et une nouvelle Marianne commandée pour des cartes de vœux :

Je vous souhaite de bonnes fêtes !

dimanche 16 octobre 2016

Inktober - première moitié

Hello !

C'est la pleine lune et nous entamons la deuxième moitié du mois d'octobre, le mois d'Inktober et des sorcières.

En effet, malgré tooout mon travail scolaire, j'ai décidé de participer à Inktober cette année. D'une manière assez peu assidue, certes, mais je fais du mieux que je peux. De temps en temps, je contribue aussi au #witchyartchallenge de Vicky Pandora.

Darwi Odrade. J'y ai passé du temps, pour un résultat pas beau. Les joies du tradi pressé...

Witchy art challenge : "an altar" -_-

Witchy art challenge : "a familiar"

Witchy art challenge : "witchcraft tools"

Witchy art challenge : "a book of shadow"

Witchy art challenge : "an apprentice"

Witchy art challenge : "a wiccan witch"

Witchy art challenge : "an hermit witch"

Puis le début de série des loirs...

Enfin, celle d'aujourd'hui, 16 octobre, pour le Witchy art challenge : "a divination witch"

samedi 24 septembre 2016

Equinoxe

Si vous me suivez sur facebook, vous savez pourquoi le blog a été (de nouveau) délaissé. J'ai fait ma rentrée à l'ESPE (M1 MEEF, enseignement dans le 1er degré), et j'ai un emploi du temps très chargé. Si vous me suivez sur facebook, vous savez aussi que j'ai fait quelques petites choses pendant les vacances (beaucoup moins que prévu, mais cet été fut chargé en stages et autres choses contraignantes) :

  • Un dessin pour l'anniversaire d'un copain : Deadpool et Shiklah

  • Une Sakutux pour Aurore

  • Un petit dessin pour célébrer un équinoxe d'automne jazzy

Je n'aurai certainement pas le temps d'écrire cette année, et je ne prends plus de commandes. Je vais tout de même essayer de tenir une certaine discipline, notamment par ma participation à Inktober. J'ai commencé un petit carnet de croquis et d'encres chronométrés !

jeudi 9 juin 2016

Mandala des éléments

Hello,

Je ne suis pas très active depuis quelques temps. Je vis une période un peu compliquée, mais rien de grave. Je me suis mise à la gouache, et cela me détend plutôt bien, d'autant que j'ai choisi dernièrement des sujets plutôt zens.

D'une part, il y a cette vision d'Avalokiteshvara :

D'autre part, il y a le Mandala des éléments qui associe les symboles du Tarot et de la Wicca aux fonctions cognitives de Jung. J'y ai représenté ce que j'ai visualisé en méditant sur les quatre points cardinaux.

1. Sud. Le Feu. L'Intuition.

Un grand feu embrase la nuit. Il emplit l'espace noir et transparent de flammes spiralées qui tourbillonnent de leurs branches fractales jusqu'à former des myriades d'étoiles dansantes. On peut deviner, à l'arrière-plan, une plage où s'achèvent les rouleaux des vagues.

Le feu dessine un arbre sans écorce, formé uniquement par la circulation de la sève scintillante. Le fluide crée des mondes en se condensant, il forme les cônes dorés du sequoia géant. Les vagues reproduisent le modèle de l'arbre : l'eau marine s'enroule, et l'écume jaillit en millions de bulles.

La sève de feu quitte son domaine pour irriguer les autres, les ériger et les soutenir ; les animer, leur donner vie.

2. Ouest. L'Eau. Le Sentiment.

Autrefois, une force malveillante détournait, du domaine de l'Ouest, le cours de la sève ignée. Elle coulait directement vers l'Est, d'où elle remontait ensuite pour former une boucle acide, corrosive.

L'Ouest ne connaissait alors qu'un désert de sable indéfiniment vaste, plongé dans une nuit permanente. Chaque grain de sable espérait recueillir un peu d'humidité, recevoir une quelconque condensation d'eau… En vain. Tout ce qu'ils recevaient, c'était la lumière froide et indifférente des étoiles lointaines, dans une atmosphère désespérément sèche.

Il y avait, dans ce désespoir silencieux, quelque chose de fascinant. Une mélancolie suave glissait sur les dunes répétitives, en se refermant sur elle-même comme un serpent solitaire.

Un jour inespéré, une pluie amoureuse vint abreuver les grains de sable. Le barrage maléfique commença à se fissurer. La sève coula dans les interstices. De la rencontre du sable, de la pluie et du liquide de feu jaillit de la vapeur en quantité. La vapeur s'éleva en doux nuages sereins.

Une brise printanière souffle à présent sur l'ancien désert, métamorphosé en bois et prairies sillonnés de ruisseaux et de rivières. Les rivières scintillent sous les feuillages luxuriants traversés par les rayons dorés du soleil. L'or et le vert dansent joyeusement sur l'eau.

Les villageois se rassemblent sur les rives et forment des rondes. Ils jouent de la musique, rient, chantent et organisent des jeux. Un banquet va avoir lieu dans la prairie. Des fleurs ornent les longs cheveux et les habits colorés des danseurs. Leurs instruments accompagnent harmonieusement le chant des oiseaux.

3. Est. L'Air. La Pensée.

Un filet d'eau de la rivière scintillante se cristallise élégamment en arrivant sur le domaine de l'Est. Les flocons de neige virevoltent dans l'air sain et sec. Sur le ciel d'un bleu profond et pur se détachent, avec une extrême netteté, les sommets blancs des hautes montagnes.

Les aigles observent les sportifs qui dévalent les pentes sur leurs skis. Les skieurs slaloment avec classe, prennent les remontées mécaniques, décollent des bosses pour atterrir avec maîtrise en soulevant la neige poudreuse alentour.

Quelque part, il y a un chalet. Un chalet plein de livres à lire devant le feu de cheminée. De nombreux livres sont sortis de la bibliothèque et forment des grosses piles… Mais ils seront facilement rangés car chacun, bien classé, possède sa place attitrée dans les étagères étiquetées.

4. Nord. La Terre. La Sensation.

Le royaume du Nord est le moins hospitalier et le plus instable des quatre domaines.

J'y pénètre par des marécages et des bourbiers couverts d'un épais brouillard. La boue est rugueuse et irritante, le brouillard empoisonné. Je suffoque. Je débouche sur un cul-de-sac, après une route aride et poussiéreuse, ou bien je suis prise au piège dans une cage de béton. Je ne peux plus respirer.

Parfois, les flocons arrivent de l'Est et promettent de se transformer en roses. Comme les lotus fleurissent en s'élevant au-dessus de la boue, les roses émergent de l'obscurité et l'illuminent. Un jardin de fleurs odoriférantes s'épanouit autour de la fontaine d'eau ignée, sur laquelle se déposent les flocons orientaux.

À l'arrière-plan s'élève un palais aux milliers de chambres tapissées de coussins moelleux et parfumés. Les étoffes et les mains de velours se caressent à la chaude lueur des bougies – lumière douce, et vacillante. Les roses sont pour le crépuscule, les tulipes pour l'aurore. Les hibiscus pour la chaleur de midi, le lilas pour l'après-midi.

Il suffit d'un rien pour que le palais s'écroule, pour que les rosiers s'enfoncent dans la boue. Alors je patauge de nouveau dans la fange, aveuglée par la brume. Mes jambes s'enfoncent plus profondément. Je dois tout reconstruire à partir de la tourbe, malgré mes mouvements entravés et mes sens malmenés.

Je me promets le jardin de roses et la fontaine d'eau ignée. Lorsque le jardin sera fleuri pour de bon, lorsque les roses et le sequoia se rejoindront, c'est un volcan de nectar qui déversera sa manne jusqu'aux confins, et au-delà des frontières ; traversant la plage, survolant les rouleaux d'écume.

Les roses fleuriront au pied du sequoia.

Au milieu de tout cela, il y a la Grand Place, pavée de pierre jaune doré. Il s'agit d'un carrefour et de la place du marché. Des gens s'y croisent et échangent. Ils ne parlent pas tous exactement le même langage, mais ils se comprennent bien. Les échanges sont joyeux et fluides. Plusieurs cours d'eau se rencontrent ici. Au centre de la place s'élance un olivier géant. Ce lieu représente le summum de la civilisation. La paix y règne en permanence et y régnera toujours. Sa joie sereine est imperturbable, son intégrité incorruptible.


Correspondances :

1. Le Sud

Élément : le Feu, l'éclair – plasma

Objets symboliques : le bâton, la baguette

Fonction : Intuition (introvertie : perspective ; extravertie : exploration)

Cette direction regroupe l'imagination, la projection dans le futur, la recherche de possibilités et de sens ; la vision globale, la compréhension spontanée ; l'abstraction, la conceptualisation ; les capacités de développement et synthèse, raisonnement inductif, raisonnement par analogie.

Ce domaine représente la vie intellectuelle-créative, la vie philosophique et spirituelle.

2. L'Ouest

Élément : l'Eau – liquide

Fonction : Sentiment (introverti : intégrité ; extraverti : harmonie)

Objet symbolique : la coupe

Cette direction regroupe la recherche d'intégrité personnelle et le sens moral/éthique, la recherche d'harmonie et le sens esthétique ; l'attachement au subjectif et à l'individuel ; l'intelligence intra et interpersonnelle.

Ce domaine représente principalement la vie affective et sociale.

3. L'Est

Élément : l'Air, l'air sec – gazeux

Fonction : Pensée (introvertie : précision ; extravertie : efficacité)

Objets symboliques : l'épée, le couteau

Cette direction regroupe la recherche d'objectivité, de lois générales et systématiques ; l'intelligence discursive, le raisonnement déductif ; la recherche de cohérence et d'efficacité.

Ce domaine représente la vie intellectuelle et professionnelle, les études.

4. Le Nord

Éléments : la Terre, le terreau et le minéral – solide

Fonction : Sensation (introvertie : mémoire ; extravertie : sensation présente)

Objets symboliques : le denier, le pentacle

Cette direction regroupe l'expérience des cinq sens, la perception des détails concrets, la maîtrise du corps, l'ancrage dans le présent, l'accord avec l'environnement matériel ; l'intelligence pratique.

Ce domaine représente la vie matérielle, corporelle, sensorielle.


Les attributs des différentes fonctions peuvent sembler se chevaucher un peu et diverger de ceux de Jung ou du MBTI. Ils reflètent surtout mon expérience et mes observations. Pour ce qui est du chevauchement, je dirais que les fonctions sont ici représentées en nébuleuses et que, de toute manière, aucune n'existe sans relation avec les autres. De plus, outre la relation « hiérarchique » qui dessine le chemin, j'envisage une dynamique relationnelle plus complexe que cela.

Pour résumer, je dirais que dans cette correspondance entre éléments et fonctions – inscrite dans une perceptive artistique et méditative – toutes les fonctions sont des fonctions cognitives « entières » et pas uniquement des fonctions de Perception (pour Sensation et Intuition) ou des fonctions de Jugement (pour Pensée et Sentiment).

Le MBTI est assez décrié, et il faut avouer que sa dimension commerciale le rend un peu louche. Mais c'est un modèle dont j'apprécie le système symbolique et dans lequel je me retrouve bien, sans doute parce que mes préférences sont très marquées. Je suis très I, très N, très F, très J – très INFJ. L'ordre des fonctions (Ni-Fe-Ti-Se) et leur dynamique éclairent avec une grande justesse mon parcours (et non, cela n'a rien à voir avec un « effet horoscope », j'vous l'dis). J'ai constaté que le modèle fonctionne bien pour les personnes dont les préférences sont nettes ET qui, en même temps, sont parvenues à un certain équilibre en exorcisant déjà quelques démons, ou bien qui n'ont jamais eu à en combattre de très gros (du genre de Malmoth).

Quelques personnages notoirement (ou pas) INFJ : Jane Eyre, Obiwan Kenobi, Lisa Simpson, Darwi Odrade, la fille dans « GIRL » de Japan Animator Expo. On en trouve pas mal chez Disney : Pocahontas, Belle, Elsa...

Une page qui répertorie des personnalités non fictives peut-être INFJ (c'est cool, il y a Lars von Trier, Niels Bohr, Platon, Spinoza, Simone de Beauvoir, Agatha Christie (Conan Doyle aurait été ENTP, lui), Dante et Carl Gustav Jung himself. J'ajouterais bien Hildegarde von Bingen, aussi.) : http://www.celebritytypes.com/infj.php

---

Je vous retrouve bientôt (il va falloir que je me sorte les d... que je me motive) pour un billet sur Exposciences, et en particulier sur la cérémonie de clôture que j'ai eu le bonheur d'organiser et de présenter le 28 mai !

samedi 2 avril 2016

Howlala

J'ai oublié de vous souhaiter de joyeuses fêtes de Pâques sur le blog (je donne surtout des nouvelles sur facebook) ! Voici un petit œuf de pool :

Cela fait même un sacré moment que j'ai oublié de mettre à jour le blog, du coup j'ai plein de choses à montrer.

Comme un fanart du film "Le Chant de la Mer" de Tomm Moore, l'un des longs métrages préférés de ma fille. Avec deux cadres possibles :

Et la couverture de Howl's Moving Castle, toujours en cours :

Dans quelques jours, j'aurai trente ans. J'ai fêté mon anniversaire en avance, pendant Pâques, et je me suis fait quelques cadeaux. Et j'ai pris des fan-selfies pour les montrer, parce que j'ai quelques problèmes d'ego en ce moment et des accès de narcissisme. D'abord, le dernier album d'Awa Ly, Five and a Feather dont la magnifique couverture a été réalisée par SainaSix :

Puis l'artbook de Loish, "A look behind the scenes", avec un magnifique jeu de cartes en bonus. Je vous invite à en découvrir le beau packaging :

Et enfin, plein d'autres choses...

Je me suis dit que c'était aussi l'occasion de changer de signature... De trouver une signature qui transporte une énergie qui ressemble davantage à la Morgane de trente ans qu'à la Morgane de quatorze ans :

À bientôt ! (plus sûrement sur facebook que sur le blog, mais à bientôt quand même !)

jeudi 4 février 2016

Promis : demain, Jareth

Fanart inspiré d'une affiche d'Alfons Mucha, ainsi que d'un fanart d'Audrey Molinatti inspiré lui-même de ladite affiche. Vous reconnaitrez Sephiroth, l'Empereur Mateus de Palamecia, Kuja, Ultimecia et Kefka, les méchants les plus élégants des univers de Final Fantasy.

Les sources d'inspiration :

David Bowie se cache (un peu) dans ce dessin. Sauras-tu le trouver ?

Réponse :

Quelle drôle de coïncidence s'il ne s'agit pas d'inspiration ! D'ailleurs, la ressemblance va jusqu'à la voix de Mateus (Christopher Smith) dans Dissidia. Les commentaires sous les vidéo youtube de Mateus ne parlent que de ça :

Voix irrésistible de Mateus dans Dissidia

Dans Dissidia 012

Christopher Smith pour une fan

David Bowie dans Labyrinth - Magic Dance


Playlist :

  • Magic Dance
  • David Bowie - celui des années 70

- page 1 de 12