Le Blog des Couleurs qui croustillent

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sciences

Fil des billets

samedi 1 février 2020

Artborescience épisode 4 : l'émergence du psychisme

Bonne fête d'Imbolc, bonne fête des chandelles et bonne fête des crêpes à vous ! Que vous la fêtiez aujourd'hui, demain, ou même toute la semaine prochaine.

Fêtez avec moi l'émergence de la lumière psychique avec l'épisode 4 d'Artborescience, le mercredi 5 février, de 16h à 17h, sur Radio Campus Clermont-Ferrand, 93.3.

Petite présentation de ce nouvel épisode en vidéo :

Si l'insertion de la vidéo ne fonctionne pas, cliquez sur l'image :

Lors des précédentes émissions, nous avons vu comment la complexité émerge de la simplicité en évoquant les travaux de Stuart Kauffman et les réflexions de John Gribbin et Robert Laughlin. Nous avons commencé à aborder l'émergence de l'esprit en insistant sur l'importance fondamentale des images produites par le système nerveux. Les sentiments sont une des catégories de ces images. Mercredi, nous prolongerons donc le mouvement que nous avons initié sur l'émergence de l'esprit.

Nous sauterons d'un niveau d'organisation à l'autre, du corps vers l'esprit en empruntant l'arc-en-ciel des émotions et des sentiments pour assister à l'émergence de la conscience. Nous illustrerons l'importance des sentiments dans le développement de la conscience en faisant passer aux androïdes de Philip K. Dick le test de Voigt-Kampff, en pieutant quelques vampires et en conjurant quelque démiurge, ce qui nécessitera de s'attarder sur la notion d'empathie.

L'importance des sentiments et l'insuffisance d'une intelligence mécanique nous conduirons à opposer intelligence et intuition, espace et durée. Nous conclurons ainsi l'émission, en bonne compagnie, puisque nous verrons en quoi le roman d'Alain Damasio, Les Furtifs, est un roman éminemment bergsonien.


Quelques références pop culturelles évoquées :
Le chant de la mer de Tomm Moore, Buffy contre les vampires, "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?" et L'Invasion divine de Philip K. Dick, Les Furtifs d'Alain Damasio...


Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot

Unique pause musicale (c'est une émission dense et longue!) : L'homme sans trucage, Dionysos

En fin d'émission : One more Kiss, Dear ; BO de Blade Runner par Vangelis

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique, sachant que certains petits tapis apparaissent plusieurs fois) :

"Watermelon Man", Herbie Hancock
"Where can I go without you", Keith Jarrett
"The Mother's Portrait", BO Le chant de la mer, Bruno Coulais
"Over The Rainbow", Melody Gardot
"She's a carioca", Brazilian Sketches, de Jim Tomlinson
"Blade Runner Blues", BO de Blade Runner, Vangelis
"Epiphanies", Battlestar Galactica OST, de Bear Mccreary
Arvo Part, Tabula Rasa : "I. Ludus"
"The divine dream", OST de Lighting Returns : Final Fantasy XIII, de Mitsuto Suzuki
"So tender", Keith Jarrett
Benjamin Britten, The Young Person's Guide to the Orchestra - 10. Variation I - The Harp
Claude Debussy, Danses, for harp & string orchestra

Voici les ouvrages qui ont permis l'émergence de cet épisode :

Les ouvrages déjà cités pour l'émission précédente :

Antonio Damasio, L'ordre étrange des choses

Henri Bergson, œuvres tome 1, édités chez Le Livre de poche, collection la Pochothèque – et en particulier Essai sur les données immédiates de la conscience et L’Évolution créatrice

Les ouvrages et articles introduits pour cette émission :

L'homme à la recherche de son âme, de Carl Gustav Jung

Un entretien réalisé dans le cadre de la parution de l’ouvrage de Serge Tisseron, L’Empathie, au cœur du jeu social, chez Albin Michel (2010) que l'on peut retrouver sur Cairn.fr : L'empathie, au cœur du jeu social, Serge Tisseron et Henri-Pierre Bass , Dans Le Journal des psychologues 2011/3 (n° 286), pages 20 à 23 https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2011-3-page-20.htm

LA MARQUE DE CELUI QUI A VU LE CHAOS., Compte-rendu du Livre Rouge de C.G. Jung, Nathan Schwartz-Salant, Les Cahiers jungiens de psychanalyse | « Cahiers jungiens de psychanalyse », 2011/2 N° 134

Émission : Les Chemins de la philosophie : Bergson, La Pensée et le mouvant, Invité : Frédéric Worms

Des textes gnostiques : Evangile de Thomas, Evangile de Marie, Evangile de Philippe, commentés par Jean-Yves Leloup

Article où l'influence de Bergson sur Jung est évoquée : Dangers de la compréhension psychanalytique, George Bright, Dans Cahiers jungiens de psychanalyse 2002/3 (n° 105)

Je rappelle que je n'aime pas la psychanalyse, mais j'aime Jung qui était aimé par Philip K. Dick et qui (Jung) aimait Bergson qui aimait Spinoza ; Spinoza qui est aimé par Antonio Damasio et Gille Deleuze qui est aimé par Alain Damasio. Et moi, je les aime tous.

dimanche 1 décembre 2019

Artborescience épisode 3 : la théorie de l'émergence, partie 2

Ce mercredi 4 décembre, à 16h sur Radio Campus Clermont-Ferrand, 93.3, nous continuerons d'explorer la théorie de l'émergence.

Dans cet extrait de l'épisode 37 de la saison 1 de Steven Universe, le héros fusionne avec sa meilleure amie pour devenir quelqu'un de nouveau. Garnet, grande habituée des fusions si l'on peut dire, explique à Steven et Connie qu'en fusionnant, ils ne sont pas devenus la simple somme de deux individus... Mais pas une seule personne non plus.

Quand deux gemmes fusionnent, elle se fondent en un individu nouveau. Un individu nouveau avec une personnalité propre, originale. Avec des qualités nouvelles, qui se résument pas à la seule addition des qualités des êtres fusionnés.

Tout est plus que la somme des parties : more is different. Plus, c'est différent. L'accumulation quantitative devient changement qualitatif. Voilà l'émergence résumée en une phrase... Mais l'émergence, c'est beaucoup plus que cela !

Tout d'abord, nous expliquerons les grands principes qui permettront de circonscrire la notion d'émergence ainsi que de comprendre ses conséquences lumineuses et ses conséquences obscures. Accrochez-vous, restez accrochés jusqu'à la fin : cette première partie sera relativement aride, mais la douceur suivra, car nous plongerons ensuite vers nos racines afin de penser l'émergence de la vie et l'émergence de l'esprit. Enfin, nous accosterons tout juste sur le continent des sentiments, que nous arpenterons dans la prochaine émission afin de gravir la montagne de la conscience.

J'aurai le plaisir d'évoquer lors de cette émission mon philosophe préféré : Henri Bergson. Nous suivrons le courant de la Durée bergsonienne pour appréhender son concept d'élan vital.


Peinture de A. Andrew Gonzalez

Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot

Pauses musicales :
Première pause musicale : Desafinado, Joao Gilberto
Seconde pause musicale : L'histoire sans fin, Vendredi Sur Mer
En fin d'émission : Breaking Glass, David Bowie
%

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique, sachant que certains petits tapis apparaissent plusieurs fois) :

Over The Rainbow, Melody Gardot
Burn Out, The cinematic Orchestra
The Sea, Morcheeba
Part of the Process, Morcheeba
Jean-Sébastien Bach, petite fugue en sol mineur
The Pan Piper, Miles Davis, Sketches of Spain
Xenogears OST – Shevat – The Wind is calling
The jungle chorus, The northquest players
Low Life, Zoot Sims
So danço samba, Stan Getz et Luis Bonfé
OST de Ponyo sur la falaise, Joe Hisaishi
Carmen, Bizet – Carmen suite n°1 (Arr. E. Guiraud) : III Intermezzo
Carmen, Bizet – Carmen suite n°1 (Arr E. Guiraud) : IV. Séguedille

Références bibliographiques :

Les ouvrages déjà cités pour l'émission précédente :

Un Univers différent, Robert Laughlin
Simplicité profonde : le chaos, la complexité et l'émergence de la vie, John Gribbin
L'heure de s'enivrer, Hubert Reeves
Le dossier du magazine La Recherche n°405 datant de février 2007, « Emergence, la théorie qui bouscule la physique »

Les ouvrages introduits pour cette émission :

L'ordre étrange des choses, Antonio Damasio
Henri Bergson, œuvres tome 1, édités chez Le Livre de poche, collection la Pochothèque – et en particulier Essai sur les données immédiates de la conscience et L’Évolution créatrice

Une émission : Les chemins de la philosophie : Bergson, quand l'esprit rencontre la matière ; invité : Paul-Antoine Miquel, professeur de philosophie contemporaine à l'université de Toulouse

Une conférence passionnante que je vous recommande : ''La méduse qui fait de l'oeil et autres merveilles de l'évolution'', conférence de Jean Deutsch, spécialiste réputé de l'évolution biologique, pour l'Agora des Savoirs organisée par la ville de Montpellier.

mercredi 6 novembre 2019

Artborescience épisode 2 : la théorie de l'émergence, partie 1

Vous pouvez réécouter en podcast le deuxième épisode d'Artborescience, qui est le premier sur la théorie de l'émergence.

Annihilation d'Alex Garland est un film qui fait peur inspiré très très librement du roman éponyme de Jeff Vandermeer. Les héroïnes de ce film doivent explorer une zone interdite, par-delà une frontière irisée appelée le Miroitement. Cette zone est contaminée par un phénomène mystérieux et inexpliqué qui, par un truchement que je ne révélerai pas, pour ne pas divulgâcher, provoque des mutations très rapides chez les êtres vivants et des hybridations improbables. Ce phénomène qui parait a priori détruire les structures existantes semble en vérité conduire à la création de quelque chose de nouveau, comme l'une des exploratrices le note dans la bande-annonce. Comment la nouveauté émerge-t-elle de ce qui existe déjà ? Comment de l'inédit peut-il se créer à partir de la combinaison d'éléments préexistants et déjà bien connus ? Est-ce que la connaissance parfaite des éléments d'un système permet de connaître parfaitement les lois qui régissent leur combinaison ? Nous posons là la question de l'émergence.

Nous commencerons donc aujourd'hui notre exploration de la théorie de l'émergence, ce qui nous fournira quelques arguments pour répondre à une question profondément épistémologique (l'épistémologie, c'est à la fois l'étude critique des sciences et la science de la construction de la connaissance)  - cette question est : existe-t-il une loi fondamentale de laquelle tout découlerait, une loi qui nous permettrait de cerner d'une seule formule l'ensemble des lois qui régissent la diversité des phénomènes qui s'offre à yeux ? Ou bien n'existe-t-il rien de tel, et alors l'Univers ressemble à un Arlequin, à une famille de poupée gigognes qui sont toutes différentes... des poupées russes carnavalesques.

Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot
Pauses musicales :
Première pause musicale : La Llorona, Joan Baez
Deuxième pause musicale : Stronger than you, OST de la série Steven Universe
Troisième pause musicale : Begin Again, Norah Jones
En fin d'émission : Baby I'm a Fool, Melody Gardot

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique) :

So danço samba, Stan Getz et Luis Bonfé
Low Life, Zoot Sims
Life as a flower, OST du jeu Flower
Sea of Silence, Chill me out
OST de Ponyo sur la falaise
Invitation, Dorothy Ashby
UMN Mode, OST du jeu Xenosaga
Over the Rainbow, Melody Gardot
REFLECTIONS, Laurent de Wilde, New Monk Trio
Carmen suite n°1 III, Bizet
Mary's Theme, OST de Mary et la fleur de la sorcière

Références bibliographiques :

Un Univers différent, de Robert Laughlin, édité chez Fayard
Simplicité profonde de John Gribbin, chez Flammarion
L'heure de s'enivrer - L'Univers a-t-il un sens ? d'Hubert Reeves, chez Seuil
Le dossier du magazine La Recherche n°405 datant de février 2007, dossier intitulé « Emergence, la théorie qui bouscule la physique »
L'Art japonais de Joan Stanley-Baker aux éditions Thames&Hudson

Quelques références pop culturelles évoquées plus ou moins légèrement :

Annihilation, Alex Garland
Les films des studios Ghibli
L'impressionnisme, le pointillisme, le divisionnisme
Claude Monet, le jardin aux Iris
Jean Metzinger, Femme assise au bouquet de feuillage
Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris

lundi 30 septembre 2019

Artborescience épisode 1 : la théorie du chaos

Rencontrez Artborescience, l'émission jazzement scientifique, avec son premier épisode sur la théorie du chaos le mercredi 02 octobre de 16h à 17h sur Radio Campus Clermont-Ferrand !

Et pour ceux qui seront en animation pédagogique à ce moment-là, il y a le podcast :

La paléobotaniste incarnée par Laura Dern, dans le film Jurassic Park de Steven Spielberg, feint certainement d'ignorer ce qu'est la théorie du chaos afin de bénéficier de la démonstration tactile de Jeff Goldblum. L'explication très condensée de ce séducteur de Ian Malcolm nous suggère que le chaos au sens physique n'est pas simplement synonyme de désordre comme il l'est dans le langage courant. Le chaos s'apparente-t-il au désordre, à l'ordre, ou bien aux deux ? Cette question à laquelle nous répondrons en fait assez rapidement, nous permettra de parcourir les fascinantes facettes de cette théorie.

Nous allons couler avec cette goutte d'eau qui glisse sensuellement sur la main du Dr Sattler, pour traverser les nuages et cerner le champ sémantique du chaos. Nous nous interrogerons sur son rôle dans l'apparition de la vie, ce qui nous amènera à opposer entropie et complexité et à entrevoir différents destins possibles pour notre Univers. Enfin, après avoir rebondi sur la surface fractale d'un chou romanesco, nous déboucherons sur une manière singulière de concevoir le monde et d'apprécier sa beauté.

La liste des références musicales pour cet épisode :

Générique : If the Stars were mine version orchestrale, de Melody Gardot

Première pause musicale : It's Oh So Quiet, Bjork

Deuxième pause musicale : Pays sauvage, Emily Loizeau

Troisième pause musicale : Poussière, Merzhin

Les tapis musicaux :

UMN Mode, Xenosaga OST
Cache-Cache, Jacques Burtin
Firmament, OST du jeu GRIS
L'orage, Jacques Burtin
Extrait de Tristan et Isolde, Wagner
Ys, album « Renaissance de la harpe celtique » de Alan Stivell
MISTERIOSO, New Monk Trio, Laurent De Wilde

Références bibliographiques :

La théorie du Chaos, vers une nouvelle science de James Gleick, édité chez Flammation
Le chaos et l'harmonie, de Trinh Xuan Thuan, édité chez Folio
Un Univers différent, de Robert Laughlin, édité chez Fayard
Qu'est-ce que la vie ?, d'Erwin Schrödinger, chez Seuil
L'heure de s'enivrer - L'Univers a-t-il un sens ? d'Hubert Reeves, chez Seuil
Le destin de l'Univers, Jean-Pierre Luminet, chez Folio
Simplicité profonde de John Gribbin, chez Flammarion

Quelques références pop culturelles évoquées plus ou moins légèrement :

Jurassic Park de Steven Spielberg
Jackson Pollock
Bada Shanren, le peintre sauvage
Hokusai, jeune coq
Le livre de Kells
Dune, Frank Herbert
Hatoful Boryfriend, Moa Hato

lundi 23 septembre 2019

Artborescience

Voici venue Artborescience, une émission de vulgarisation scientifique jazzy, que vous retrouverez tous les premiers mercredis du mois à partir d'octobre 2019 sur Radio Campus Clermont-Ferrand de 16h à 17h.

Artborescience, c'est l'émission qui élargit votre horizon des événements, c'est l'émission qui entrelace les découvertes de la science contemporaine et les trouvailles de la culture populaire... L'émission ouverte à toutes les formes d'arts et de poésie. Artborescience, c'est l'émission qui révèle des liens, c'est l'émission qui synthétise et qui alchimise, l'émission qui butine et qui fertilise, et enfin l'émission qui assume de tirer parfois les sciences par les cheveux !

La page de l'émission sur le site de Radio Campus

La page facebook de l'émission

samedi 4 mai 2019

Le retour de la Force

Premier post ici depuis plus d'un an et demi. Comme je l'ai écrit à l'époque, c'est plutôt ma page Facebook qui me sert de blog, maintenant. C'est beaucoup plus rapide : je n'ai pas vraiment le temps d'écrire et de mettre en forme des articles. Je peine déjà tellement à trouver le temps de dessiner, de peindre, d'écrire et de travailler mon ukulele...

Comme je ne parviens vraiment plus à trouver du temps pour Wermob-pilotes (et ce ne sera pas possible avant les vacances d'été), je consacre plutôt mes très rares moments d'écriture à la conception d'une émission de radio que je proposerai à Radio Campus Clermont-Ferrand pour la rentrée de septembre : Artborescience, l'émission lyrico-scientifique qui relie des feuillets d'espace-temps culturels. Il s'agira d'une émission mensuelle de 55 minutes.

La maquette du premier épisode est déjà enregistrée. Vous pouvez écouter l'introduction de l'introduction de l'épisode ici :

Pour les nouvelles aquarelles et les derniers évènements, je vous renvoie au portfolio en ligne et à la page Facebook.

Ce blog renaîtra peut-être de ses cendres un jour ! Avec peut-être du contenu pédagogique en plus.

mercredi 26 septembre 2012

Trou noir dans le creux de la main


J'ai voulu profiter de ma participation au défi AF (sur le thème "mains") pour faire une sorte de diagramme : un diagramme évoquant les théories de la physique contemporaine qui visent à unifier cette dernière, pour comprendre les "singularités" de l'espace-temps (telles que les trous noirs, comme on en voit sur ma petite illustration).



Expliquons donc un peu tout ça !

Lire la suite...

dimanche 13 mai 2012

Science avec conscience : suite

Le billet "science avec conscience" revenait sur l'horreur des expérimentations sur les animaux. Agissons pour que cela cesse, à l'image de ces militants italiens qui ont libéré des chiots des laboratoires de Green Hill :

30 Beagles sortis de l'enfer !

Expérimentation animale - 30 beagles libérés en Italie

Je vous invite à signer la pétition : Green Hill, Montichiari (Italy): Close death factory, free all Beagles and give them out for adoption

Rappelons les mots de Claude Reiss : les observations sur l'animal ne sont pas efficacement transposables à l'être humain ; aucune espèce animale n'est un modèle fiable pour une autre. Un article sur le sujet : Pourquoi l'expérimentation animale n'est pas nécessaire

Soyons dignes de notre humanité et protégeons les plus faibles.

EDIT du 10 juillet 2012 : Claude Reiss invité sur France Inter, pour l'émission "On verra ça demain" sur le thème "Chimie : Solutionner ou "pollutionner" ?".

samedi 28 janvier 2012

Science avec conscience

Hello les gentils gens,

Vous vous souvenez de mon billet "sentiment écologique, compassion, morale"... Non ? Cela ne vous dit rien ? Remarquez, moi aussi je l'avais quasiment oublié (c'est qu'il date de 2007, quand même), jusqu'à ce que la sympathique Katie gratifie ce petit article très personnel d'un commentaire aussi aimable que réfléchi>. (hello Katie ) Naturellement, j'ai rapidement répondu (sans parvenir à imiter l'exquise courtoisie de mon interlocutrice), mais je voudrais rebondir sur ce mini troll avec un petit billet dans lequel j'aimerais évoquer de nouveaux aspects du problème, de la façon habituellement déstructurée, subjective et désinvolte qui la mienne. Oui, juste évoquer... J'vais pas aller jusqu'à développer, faut pas déconner, namého !

Lire la suite...

lundi 26 septembre 2011

Prismatique

Bienvenue en automne, chers congénères.

J'ai reçu mon tome 5 collector de Maliki dédicacé ! Le Prismatique collector est vraiment somptueux : tranche des pages dorée, quatrième de couverture en relief, encre irisée sur la première de couverture... Avec un thème qui me parle, bien sûr, annoncé par le titre et justifié par les belles illustrations bonus ! Et puis ma dédicace, toute belle, toute colorée... Un bel objet qui exhale plutôt un parfum de printemps. 'bref, ça méritait vraiment un nouveau fanart, prismatique aussi, et avec les plumes de paon qui sont très à la mode au bout de mon crayon en ce moment.

C'est à Newton que nous devons le spectre des "sept couleurs"... (dénombrement et dé©coupage tout-à-fait arbitraires)
Je vous présente ces vers de Voltaire que j'aime énormément, écrits en l'honneur d'Emilie du Châtelet et de son travail de traduction des Principia de Newton :

" Dieu parle et le chaos se dissipe à sa voix,
Vers un centre commun tout gravite à la fois,
Ce ressort si puissant, l'âme de la Nature,
Etait enseveli dans une nuit obscure.
Le compas de Newton mesurant l'Univers,
Lève enfin ce grand voile et les cieux sont ouverts.
Il déploye à mes yeux, par une main savante
De l'astre des saisons la robe étincelante.
L'Emeraude, l'azur, le pourpre, le rubis
Sont l'immortel tissu dont brillent ses habits,
Chacun de ses rayons dans sa substance pure
Porte en soi les couleurs dont se peint la Nature
Et confondus ensemble, ils éclairent nos yeux,
Ils animent le monde, ils remplissent les cieux. "

Notons que le magenta (rose fuchsia) n'est pas une couleur prismatique : il ne correspond à aucune lumière monochromatique ! Les spectres du dessin sont donc très fantaisistes (tout comme le prisme...).

Si vous aussi la couleur vous passionne, faites vous offrir à Noël le Traité des couleurs de Libero Zuppiroli et Marie-Noëlle Bussac, aux Presses polytechniques et universitaires romandes.

Des sites internet dédiés à la couleur :
- www.profil-couleur.com
- pourpre.com


La prochaine fois : probablement une collab (une colo relativement complexe pour ma part, donc cela risque de prendre du temps !), ou bien quelques nouvelles créatures en perles, ou bien un fanart de Daenerys...

dimanche 29 août 2010

Le retour de l'hologramme

Au début du mois je vous ai expliqué le thème de mon illustration qui chapeaute le blog, à savoir la théorie holographique liée à  l'entropie des trous noirs formulée par Stephen Hawking. Le sujet est précisément d'actualité. Le magazine Science et Vie semble parfois s'enflammer et faire des unes dithyrambiques pour pas grand-chose. Les gros titres portent généralement des idées certes jolies et alléchantes mais tournées de façon un peu trompeuse voire racoleuse. À la une du numéro de septembre 2010 : Gravitation, elle ne serait qu'une illusion !

Lire la suite...

mardi 10 août 2010

Psychedelic order of the golden dawn

Le blog s'est débarrassé de sa mue irritante pour revêtir un épiderme plus hydraté et plus adapté à sa fonction. C'est-à-dire un design plus aérien et des couleurs plus claires pour un contenu frivole et pas toujours très clair.

L'image d'en-tête, c'est "Hologramme" : ou comment un dieu peut encoder des informations à la surface d'un trou noir.

La formule de l'entropie du trou noir découverte par Stephen Hawking ne fait intervenir qu'une seule variable : l'aire de l'horizon. Ce qui fait dire à son auteur que cette surface contient les informations afférentes aux objets qui y sont "tombés". La gravité quantique aurait donc des propriétés holographiques. Le principe de l'hologramme réside en effet dans le stockage d'informations relatives à des objets de dimension n dans un objet de dimension n moins 1. Ce stockage est tel que ces informations sont suffisantes pour reconstituer totalement l'objet dans toutes ses dimensions.
Selon Dr Hawking, nous vivons peut-être à la surface d'une brane, ce qui ferait de nous, de la même façon, des sortes d'hologrammes. Nous vivrions sur une brane à quatre dimensions, enroulée autour d'une cinquième dimension. Dans la surface à quatre dimensions seraient également enroulées des dimensions plus petites, cinq ou six dimensions supplémentaires (celles dont la théorie des cordes a besoin).

Choses mangées pour me donner du courage : des chamallows dans du chocolat chaud... J'ai vu ça dans kick ass. Bah c'est vachement bon...