Le webzine berruyer l'Agitateur m'a proposé d'illustrer un futur article sur Philip K. Dick. Blade Runner et SIVA m'ont inspiré ce premier dessin, où je teste ma nouvelle capacité en nuages pseudo-réalistes avec Gimp :

Détail : A way to SIVA

Blade Runner m'a parfois fait monter les larmes aux yeux. P. K. Dick dans sa dépression devait s'identifier au moins autant aux androïdes qu'aux humains débordant d'un trop plein d'empathie. Androïdes qui, par leur "intelligence supérieure", peuvent atteindre la porte d'une haute sphère mais ne peuvent pas la franchir, à cause de leur défaut d'empathie corrélé à une certaine frigidité et rigidité intellectuelles : l'intelligence, dans sa relation dialectique avec la sensibilité, est condamnée par ce défaut d'empathie à stagner. La stagnation étant synonyme de mort, elle est insupportable à un ersatz de vie, un androïde, qui y est pourtant restreint. Je crois que la dépression peut provenir de la collision ou de la confusion entre ces deux "états d'âme" : une souffrance dépassant l'individu due à une empathie trop large, alliée à la sensation antinomique de frigidité intellectuelle nourrissant ou nourrie par des frigidités sensorielles et émotionnelles. Ajoutée à la douleur liée à ces deux états séparés, la brûlure de cette collision paradoxale est la pire et la plus aiguë des douleurs. Elle est celle qui escorte la consciente de l'absurdité qu'impose cette coexistence aberrante, le sentiment littéralement décrit par P. K. Dick que le vide et l'entropie ne peuvent que gagner. Il s'agit indéniablement d'une loi physique... Mais spirituelle ? L'âme ainsi torturée ne peut trouver son salut que dans la finalité, le projet, aussi cruel soit-il, d'une entité supérieure : elle doit reposer dans les mains de cette entité. Réelle, créée, ressentie ou subodorée, qu'importe.
Quant à SIVA, cette oeuvre est purement géniale, juste et vraie. Le schizoïde, par son intelligence, est sauvé de la folie et y est concomitamment replongé : la douleur et le paradoxe de voir en toute lucidité son esprit se désintégrer rend fou.

J'ai dessiné, juste avant cette grosse illustration, ISIS 01 et son ingénieur en chef, Mildred Minnesang. Comme un petit remake de KOS-MOS et Shion ! J'avais juste envie de dessiner les coupes de cheveux qu'elles arborent, donc je les ai dessinées, elles. Personnages qui feront peut-être leur apparition dans l'histoire A:EdA, dans très longtemps, et très secondairement ! ISIS ressemble un peu à l'idée que je me fais de Rachel, de Blade Runner. :

Musiques écoutées :
Yasunori Mitsuda : Sailing to the world, Kirite et Xenogears CREID,
Yuki Kajiura : Fiction,
Shenmue Orchestra Version