Note : Pour ce strip, je n'ai pas lu le GAJA, je n'ai même pas lu l'arrêt. Je me suis uniquement fondée sur le cours d'hier de notre vénérable et vénéré doyen.
De quoi s'agissait-il, en gros ? En 1961, au comble de la crise algérienne, le président De Gaulle bénéficie des pleins pouvoirs : l'article 16 de la Constitution est enclenché ! Dans le cadre de ses prérogatives exceptionnelles, il institue une Cour militaire de Justice dont les décisions sont insusceptibles de tout recours. Cette cour condamne à mort André Canal et deux de ses camarades de l'OAS (Organisation de l'Armée Secrète, organisation terroriste pour l'Algérie française). Or, l'impossibilité de former un recours est contraire, selon le Conseil d'Etat, aux PGD. Une telle atteinte aux PGD, toujours selon le Conseil d'Etat, n'est possible que dans des circonstances exceptionnelles. La cour militaire a été instituée alors que l'article 16 était appliqué : nous étions donc dans des circonstances exceptionnelles. Mais non ! Les circonstances exceptionnelles du Conseil d'Etat ne sont pas les circonstances exceptionnelles de l'article 16. Donc, que la Cour militaire de Justice aille se faire cuire ses décisions illégales !

Si vous souhaitez des informations correctes sur cet arrêt, il faut aller là : Site du Conseil d'Etat.

Je vous souhaite un bon show électoral ! Préférez le pop-corn aux chips, c'est un peu plus diététique...