Mwuahaha, mes aimables coéquipiers qui ne savent pas encore ce qui les attend !

Les trois rejetons de la dragonne furent neutralisés rapidement, et les boules de feu et autres conflagrations gérées avec maestria. Il incomba ensuite au barde d'encourager les puissants Mages Noirs grâce à un célèbre requiem... Car le vil serpent, visqueux et malodorant, accompagné de ses mini répliques, devait être occis avant le retour de la terreur ailée.
Brann sortit promptement sa lyre et fit vibrer, de ses doigts savants, les cordes enchantées. Le vocal n'était pas son fort, mais elle y mit tout son cœur :

♪♫
Il était un bel elezen,
Qui, ce jour, se baignait au ru.
Il semblait si gracieux, si zen !
Il s'ébrouait, vraiment tout nu ! ♪♫

– ?!, firent les Mages Noirs.
– C'est quoi ce bo%£µl ? jura le Guerrier
– Requiem, please !

♪♫
Bien sûr, des miqo'tes sans gêne,
L'épiaient d'un œil malvenu !
Elles saisirent cette aubaine,
Et montrèr' leurs parties charnues. ♪♫

– Mais c'est quoi, ce barde, là !
–  Tou vas nous faire touer ! gémit le second Barde.
– OMG, je crois que Gémellia prépare une rage anticipée ! s'exclama le Mage Noir #1.

♪♫
L'homme, devant ces jouvencelles,
Prononça ces paroles crues :
« Je dédierai ma flamme à celle
Qui saura besogner mon... ♪♫

– C'est dégueulasse ! estima le Mage Noir #2.
– T'as appris la poésie chez Gérolt, ou quoi ?! s'indigna l’Érudit.

♪♫
… qui saura besogner mon fût. » ♪♫

– Je vais finir par l’immoler, cette abrutie ! fulmina le Mage Noir #1.
– Ouf ! Cette folle n'a plou d'aimeuhpéh ! Elle né pé plou chanter ! observa le second Barde.

En effet. La réserve d'EDEC (éther à destination extra-corporelle) de Brann s'était épuisée. Elle rangea sa lyre. Elle rangea même son arc. Elle adopta une pose désinvolte, cessa tout mouvement. Son visage irradiait d'une expression triomphale.

– Kesstufou ?!! lui lança le Guerrier.
– Nan mais tire tes flèches, c'est la moindre des choses ! hurla le Mage Noir #2.

Gémellia s'effondra. Les coéquipiers de Brann avaient été si énervés par sa performance qu'ils ne s'étaient même pas rendu compte que les serpents avaient été pratiquement one shot et à quel point, dès son retour, Gémellia... avait pris cher !

– Mais, que s'est-il passé ? demanda le Mage Noir.
– Yé crois qué yé comprends. Mais... yé n'ose y croire... balbutia le second Barde.
– Comment ça ? Explique-nous, enfin ! fit le Paladin.
– Il semblérait qué notre amie soit la légataire d'oune chant mythique, qué l'on n'a plou entendou dépouis des millénaires...

Ils se tournèrent tous vers Brann, qui confirma :

– En effet, mes amis. Vous venez d'entendre la Chanson Paillarde Allagoise, qui multiplie la puissance de tous les sorts et de tous les coups par 42.

– C'est incroyable ! s'émerveilla le confrère de Brann à l'accent chantant. Comment l'as-tou découverte ?

– Elle était codée dans un mémoquartz, expliqua Brann. Cid, ainsi que mes amis G-Gènes, versés dans les hautes technologies, m'ont aidée à en extraire les informations et à les traduire. La traduction a été assez problématique, d'ailleurs ! Les protagonistes de la version originale ne sont probablement pas un elezen et des miqo'tes... Mais nous avons traduit et adapté du mieux que nous pouvions, en accord avec le rythme et l'harmonie, les termes « échalas aux grandes oreilles » et « jeunes femmes velues ».

– Mais, Brann... Quand même ! Tu aurais dû nous prévenir ! s'exclama le Mage Blanc.

– Je ne voulais pas vous gâcher la surprise... expliqua Brann. De plus, il semblerait que lorsque les coéquipiers ne connaissent pas le véritable pouvoir de cette chanson, et que leur colère envers le barde est attisée, les effets sont démultipliés !

– Oh, Brann ! Tu es vraiment... < la vedette de l'équipe > !

Fin.

<.<


Haha ! T'as enfin mourru, vieille raclure !

Maintenant, screens de mes looks :

La vareuse de marin, avec un chapeau de cavalier en feutre éthéréen, un pantalon du mercenaire et des chaussures d'apparat en coton, le tout teint en bleu marine. (je n'en mets pas plus : les screens sont dans le dernier billet éorzéen)

Corsage du barde AF+1, avec toujours un chapeau de cavalier en feutre éthéréen (je le préfère au chapeau du barde... au moins, on voit les yeux), pantalon du mercenaire et chaussures d'apparat en coton, mais mauve. (j'ai oublié le nom de la teinture). J'aurais pu vraiment aimer le corsage s'il avait été le même que celui des mecs, c'est-à-dire ne laissant pas la poitrine, le ventre, le dos et une épaule à l'air... -_-" Avec une coéquipière roegadyn extrêmement élégante à mes côtés. <3

Et mon skin favori : doublet, grègues et gants de giboyeur avec, de nouveau, les incontournables chapeau de cavalier en feutre éthéréen et les chaussures d'apparat en coton, en attendant de drop les bottes assorties.

ICI : en entier, mais avec les chaussures de la mauvaise teinte.