Dans ce cinquième épisode, nous parlons de l’émergence de la culture, de la fabrique du monde imaginaire. C’est plus que jamais d’actualité : si l’on veut sortir de cette mouise, il va falloir massivement apprendre à penser autrement.

Ce sera mercredi 1er avril à 16h, sur Radio Campus Clermont-Ferrand, 93.3.

Lors des épisodes précédents, nous avons tracé les linéaments de la théorie de l’émergence, que l’on peut grossièrement résumer ainsi : tout est plus que la somme des parties. Lorsque les éléments d’un système sont reliés entre eux par un nombre suffisant de connexions, un niveau d’organisation supérieur émerge. Et ce nouveau niveau d’organisation est caractérisé par un comportement nouveau ; il semble obéir à des règles nouvelles qui n’existaient pas avant. Des règles qui apparaissent avec l’augmentation de la complexité.

Nous avons considéré la vie comme un des niveaux d’organisation les plus hauts sur la pyramide de la complexité - un niveau présentant des lois particulières, qui lui sont propres et qui ne peuvent pas se réduire aux lois de la chimie et de a physique. Nous avons ensuite considéré l’esprit, le psychisme, comme un niveau d’organisation encore supérieur, émergeant de l’organisation complexe du système nerveux des êtres vivants.

Aujourd’hui, en repassant par les sentiments et la conscience, nous progresserons vers l'esprit créateur de culture jusqu'à la culture elle-même. Nous considérerons la culture comme un niveau encore supérieur d’organisation, qui prolonge ce qui fait l’essence de la vie : la magie de la métamorphose, la capacité à se recréer en permanence. Nous verrons cela avec La horde du Contrevent, les Furtifs, Harry Potter et Matilda.

Nous verrons avec L’Histoire sans fin (le roman de Michaël Ende et le film de Wolfgang Petersen) à quel point l’imaginaire et la qualité des désirs sont importants, et à quel point leur ancrage dans le réel l’est tout autant. Atreyu, Bastien et Fuchur nous apprendront que le plus important, ce n’est pas le monde imaginaire, ni le monde réel… mais la qualité de la relation entre les deux, tissée de nos désirs. Ils nous apprendront que notre vie même en dépend.

Les ouvrages déjà cités pour les émissions précédentes :

Antonio Damasio, L'ordre étrange des choses

Henri Bergson, œuvres tome 1, édités chez Le Livre de poche, collection la Pochothèque

Quelques conférences et émissions qui ont nourri ma réflexion :

Une conférence de Jean-Claude Ameisen : À la découverte des cultures chez les animaux, du mardi 21 janvier 2020 pour l'université Paris Diderot, que vous pouvez trouver sur Youtube

L’émission Les Savanturiers (France Inter) de Fabienne Chauvière : Les promesses des nouvelles méthodes d’apprentissage pour les enfants, avec comme invité le psychologue et neuroscientifique Olivier Houdé

Une conférence : « Comment exprimait-on ses émotions au Moyen-Âge », conférence de Damien Boquet et Valérie Delattre, enregistrée en avril 2017 que vous pouvez trouver sur le site de France Culture

L’émission : Remède la mélancolie du 21 mai 2017 (France Inter) réalisée par Eliane Girard, avec comme invitée Anne Dufourmantelle, psychanalyste et philosophe (encore une exception : une psychanalyste que j’aime bien)

Les puissances pop culturelles invoquées pour cet épisode :

  • L’histoire sans fin, le roman de Michaël Ende et le film de Wolfgang Petersen
  • Les Furtifs, Alain Damasio
  • La Horde du Contrevent, Alain Damasio
  • Harry Potter de JK Rowling
  • Matilda de Roald Dahl ainsi que son adaptation cinématographique
  • Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques, de Philip K. Dick
  • Très rapidement : Faust de Goethe, qui sera bien plus présent dans le prochain épisode
  • Ursula Le Guin, Le langage de la nuit : un essai sur l'imaginaire
  • Starhawk, Rêver l’obscur – Femmes, magie et politique, édite chez Cambourakis

Une recommandation très très chaude : Le Hors Série du magazine Socialter, sur le thème « Le réveil des imaginaires ». En trois grandes parties : La fabrique des imaginaires, imaginaires en luttes et effondrement des imaginaires – on pourrait dire aussi les imaginaires des effondrements. Alain Damasio en est le rédacteur en chef invité : on y retrouve donc Alain Damasio qui nous explique les concepts qui sous-tendent ses œuvres (et qui confirme ce que j’avais dit : les Furtifs sont bien des créatures BERGSONIENNES). Nous avons aussi le plaisir d’y lire les auteurs de SF Ursula Le Guin et Kim Stanley Robinson qui nous parle d’utopie et de dystopie ; le plaisir d’y lire aussi le philosophe Baptiste Morizot et l’écoféministe Emilie Hache. Vous y trouverez également un savoureux article sur le thème « Miyazaki : un voyage par-delà nature et culture » dans lequel il est beaucoup questions des œuvres des studios Ghibli mais où sont également évoquées d’autres œuvres de l’animation japonaise.

Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot
Pauses musicales :
Première pause musicale : Le sémillant Jaskier, Jette un sou au sorceleur
Deuxième pause musicale : Awa Ly, Storyteller

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique, sachant que certains petits tapis apparaissent plusieurs fois) :

Costa Del Sol, Final Fantasy VII OST, Nobuo Uematsu
Over The Rainbow, Melody Gardot
Ano Natsu He, OST du film Le voyage de Chihiro, Joe Hisaishi
Words Drowned by Fireworks, Final Fantasy VII, Nobuo Uematsu, « Final Symphony »
Lifestream, Final Fantasy VII, Nobuo Uematsu
Harry Potter 1 OST, Entery into the Great Hall and the Banquet, John Williams
Firesong, Kevin MacLeod
Harry Potter 1 OST, Diagon Alley and The Gringotts Valut, John Williams
Claude Debussy, Deux danses pour harpe et orchestre à cordes
Bedřich Smetana, Má Vlast (ma patrie), Vysehrad
Tifa’s Theme, Final Fantasy Piano Collection, Nobuo Uematsu

Pour cet épisode, de nombreux tapis musicaux proviennent de l’OST du jeu Final Fantasy 7. En effet, j’attends avec impatience le premier épisode du remake qui devrait sortir le 10 avril sur PS4… Combattons la Shinra pour de vrai !
Tissons des liens et faisons pousser des fleurs dans notre imaginaire et dans le réel pour prouver qu’un nouveau monde est possible.

Podcasts écoutés ou réécoutés pendant la mise en couleurs d'Aerith altermondialiste :

La méthode scientifique, sur France Culture​, épisode sur la découvreuse de l'ADN, Rosalind Franklin (une des victimes de l'effet Matilda) :

Série de podcasts Présages​ :

L'épisode hyper inspirant avec le formidable Corentin de Chatelperron qui nous parle de low-tech en nous donnant des valises d'espoir

L'épisode qui parle d'ecoféminisme avec Émilie Hache