Le Blog des Couleurs qui croustillent

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - radio

Fil des billets

dimanche 14 juin 2020

Artborescience artwork : Cultiver l'imaginaire

"Cultiver l'imaginaire, fertiliser le réel" est l'un des leitmotivs d'Artborescience.

Il m'a fallu un mois pour arriver à finir cette pseudo-affiche, tellement je manque toujours de temps :(

Personnages représentés :

Au milieu : La Petite Impératrice et AURYN, de L'Histoire sans fin de Michaël Ende

A gauche :
Le dragon Fuchur, de L'histoire sans fin
Une fée-feu follet
Rey de Star Wars
Une licorne qui ressemble vaguement à Rarity de My Little Pony
Carl Gustav Jung et Salomé
Les trois protagonistes de The Dark Crystal : Age of Résistance : Rian, Brea et Deet

A droite :
Le dragon Haku du film Le voyage de Chihiro de Miyazaki
Un mélange entre la chamane de la chanson Storyteller d'Awa Ly et de l'héroïne Promethea d'Alan Moore
Une mandragore de Final Fantasy XIV
Des phoques et une selkie blonde
Un mélange entre Ursula Le Guin, une elfe et une Vulcaine
Le chat noir : Morgana du jeu Persona 5
Ben, Maina / Saoirse et une chouette de Macha, du film d'animation Le chant de la mer de Tom Moore
Des Porgs de Star Wars

Prochainement, un billet sur l'épisode 7 d'Artborescience, et dernier de la saison.

Prochainement aussi, je vous donnerai quelques infos sur le nouveau blog que je compte créer cet été.

dimanche 29 mars 2020

Artborescience épisode 5 : l'émergence de la culture

Dans ce cinquième épisode, nous parlons de l’émergence de la culture, de la fabrique du monde imaginaire. C’est plus que jamais d’actualité : si l’on veut sortir de cette mouise, il va falloir massivement apprendre à penser autrement.

Ce sera mercredi 1er avril à 16h, sur Radio Campus Clermont-Ferrand, 93.3.

Lors des épisodes précédents, nous avons tracé les linéaments de la théorie de l’émergence, que l’on peut grossièrement résumer ainsi : tout est plus que la somme des parties. Lorsque les éléments d’un système sont reliés entre eux par un nombre suffisant de connexions, un niveau d’organisation supérieur émerge. Et ce nouveau niveau d’organisation est caractérisé par un comportement nouveau ; il semble obéir à des règles nouvelles qui n’existaient pas avant. Des règles qui apparaissent avec l’augmentation de la complexité.

Nous avons considéré la vie comme un des niveaux d’organisation les plus hauts sur la pyramide de la complexité - un niveau présentant des lois particulières, qui lui sont propres et qui ne peuvent pas se réduire aux lois de la chimie et de a physique. Nous avons ensuite considéré l’esprit, le psychisme, comme un niveau d’organisation encore supérieur, émergeant de l’organisation complexe du système nerveux des êtres vivants.

Aujourd’hui, en repassant par les sentiments et la conscience, nous progresserons vers l'esprit créateur de culture jusqu'à la culture elle-même. Nous considérerons la culture comme un niveau encore supérieur d’organisation, qui prolonge ce qui fait l’essence de la vie : la magie de la métamorphose, la capacité à se recréer en permanence. Nous verrons cela avec La horde du Contrevent, les Furtifs, Harry Potter et Matilda.

Nous verrons avec L’Histoire sans fin (le roman de Michaël Ende et le film de Wolfgang Petersen) à quel point l’imaginaire et la qualité des désirs sont importants, et à quel point leur ancrage dans le réel l’est tout autant. Atreyu, Bastien et Fuchur nous apprendront que le plus important, ce n’est pas le monde imaginaire, ni le monde réel… mais la qualité de la relation entre les deux, tissée de nos désirs. Ils nous apprendront que notre vie même en dépend.

Les ouvrages déjà cités pour les émissions précédentes :

Antonio Damasio, L'ordre étrange des choses

Henri Bergson, œuvres tome 1, édités chez Le Livre de poche, collection la Pochothèque

Quelques conférences et émissions qui ont nourri ma réflexion :

Une conférence de Jean-Claude Ameisen : À la découverte des cultures chez les animaux, du mardi 21 janvier 2020 pour l'université Paris Diderot, que vous pouvez trouver sur Youtube

L’émission Les Savanturiers (France Inter) de Fabienne Chauvière : Les promesses des nouvelles méthodes d’apprentissage pour les enfants, avec comme invité le psychologue et neuroscientifique Olivier Houdé

Une conférence : « Comment exprimait-on ses émotions au Moyen-Âge », conférence de Damien Boquet et Valérie Delattre, enregistrée en avril 2017 que vous pouvez trouver sur le site de France Culture

L’émission : Remède la mélancolie du 21 mai 2017 (France Inter) réalisée par Eliane Girard, avec comme invitée Anne Dufourmantelle, psychanalyste et philosophe (encore une exception : une psychanalyste que j’aime bien)

Les puissances pop culturelles invoquées pour cet épisode :

  • L’histoire sans fin, le roman de Michaël Ende et le film de Wolfgang Petersen
  • Les Furtifs, Alain Damasio
  • La Horde du Contrevent, Alain Damasio
  • Harry Potter de JK Rowling
  • Matilda de Roald Dahl ainsi que son adaptation cinématographique
  • Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques, de Philip K. Dick
  • Très rapidement : Faust de Goethe, qui sera bien plus présent dans le prochain épisode
  • Ursula Le Guin, Le langage de la nuit : un essai sur l'imaginaire
  • Starhawk, Rêver l’obscur – Femmes, magie et politique, édite chez Cambourakis

Une recommandation très très chaude : Le Hors Série du magazine Socialter, sur le thème « Le réveil des imaginaires ». En trois grandes parties : La fabrique des imaginaires, imaginaires en luttes et effondrement des imaginaires – on pourrait dire aussi les imaginaires des effondrements. Alain Damasio en est le rédacteur en chef invité : on y retrouve donc Alain Damasio qui nous explique les concepts qui sous-tendent ses œuvres (et qui confirme ce que j’avais dit : les Furtifs sont bien des créatures BERGSONIENNES). Nous avons aussi le plaisir d’y lire les auteurs de SF Ursula Le Guin et Kim Stanley Robinson qui nous parle d’utopie et de dystopie ; le plaisir d’y lire aussi le philosophe Baptiste Morizot et l’écoféministe Emilie Hache. Vous y trouverez également un savoureux article sur le thème « Miyazaki : un voyage par-delà nature et culture » dans lequel il est beaucoup questions des œuvres des studios Ghibli mais où sont également évoquées d’autres œuvres de l’animation japonaise.

Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot
Pauses musicales :
Première pause musicale : Le sémillant Jaskier, Jette un sou au sorceleur
Deuxième pause musicale : Awa Ly, Storyteller

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique, sachant que certains petits tapis apparaissent plusieurs fois) :

Costa Del Sol, Final Fantasy VII OST, Nobuo Uematsu
Over The Rainbow, Melody Gardot
Ano Natsu He, OST du film Le voyage de Chihiro, Joe Hisaishi
Words Drowned by Fireworks, Final Fantasy VII, Nobuo Uematsu, « Final Symphony »
Lifestream, Final Fantasy VII, Nobuo Uematsu
Harry Potter 1 OST, Entery into the Great Hall and the Banquet, John Williams
Firesong, Kevin MacLeod
Harry Potter 1 OST, Diagon Alley and The Gringotts Valut, John Williams
Claude Debussy, Deux danses pour harpe et orchestre à cordes
Bedřich Smetana, Má Vlast (ma patrie), Vysehrad
Tifa’s Theme, Final Fantasy Piano Collection, Nobuo Uematsu

Pour cet épisode, de nombreux tapis musicaux proviennent de l’OST du jeu Final Fantasy 7. En effet, j’attends avec impatience le premier épisode du remake qui devrait sortir le 10 avril sur PS4… Combattons la Shinra pour de vrai !
Tissons des liens et faisons pousser des fleurs dans notre imaginaire et dans le réel pour prouver qu’un nouveau monde est possible.

Podcasts écoutés ou réécoutés pendant la mise en couleurs d'Aerith altermondialiste :

La méthode scientifique, sur France Culture​, épisode sur la découvreuse de l'ADN, Rosalind Franklin (une des victimes de l'effet Matilda) :

Série de podcasts Présages​ :

L'épisode hyper inspirant avec le formidable Corentin de Chatelperron qui nous parle de low-tech en nous donnant des valises d'espoir

L'épisode qui parle d'ecoféminisme avec Émilie Hache

samedi 1 février 2020

Artborescience épisode 4 : l'émergence du psychisme

Bonne fête d'Imbolc, bonne fête des chandelles et bonne fête des crêpes à vous ! Que vous la fêtiez aujourd'hui, demain, ou même toute la semaine prochaine.

Fêtez avec moi l'émergence de la lumière psychique avec l'épisode 4 d'Artborescience, le mercredi 5 février, de 16h à 17h, sur Radio Campus Clermont-Ferrand, 93.3.

Petite présentation de ce nouvel épisode en vidéo :

Si l'insertion de la vidéo ne fonctionne pas, cliquez sur l'image :

Lors des précédentes émissions, nous avons vu comment la complexité émerge de la simplicité en évoquant les travaux de Stuart Kauffman et les réflexions de John Gribbin et Robert Laughlin. Nous avons commencé à aborder l'émergence de l'esprit en insistant sur l'importance fondamentale des images produites par le système nerveux. Les sentiments sont une des catégories de ces images. Mercredi, nous prolongerons donc le mouvement que nous avons initié sur l'émergence de l'esprit.

Nous sauterons d'un niveau d'organisation à l'autre, du corps vers l'esprit en empruntant l'arc-en-ciel des émotions et des sentiments pour assister à l'émergence de la conscience. Nous illustrerons l'importance des sentiments dans le développement de la conscience en faisant passer aux androïdes de Philip K. Dick le test de Voigt-Kampff, en pieutant quelques vampires et en conjurant quelque démiurge, ce qui nécessitera de s'attarder sur la notion d'empathie.

L'importance des sentiments et l'insuffisance d'une intelligence mécanique nous conduirons à opposer intelligence et intuition, espace et durée. Nous conclurons ainsi l'émission, en bonne compagnie, puisque nous verrons en quoi le roman d'Alain Damasio, Les Furtifs, est un roman éminemment bergsonien.


Quelques références pop culturelles évoquées :
Le chant de la mer de Tomm Moore, Buffy contre les vampires, "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?" et L'Invasion divine de Philip K. Dick, Les Furtifs d'Alain Damasio...


Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot

Unique pause musicale (c'est une émission dense et longue!) : L'homme sans trucage, Dionysos

En fin d'émission : One more Kiss, Dear ; BO de Blade Runner par Vangelis

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique, sachant que certains petits tapis apparaissent plusieurs fois) :

"Watermelon Man", Herbie Hancock
"Where can I go without you", Keith Jarrett
"The Mother's Portrait", BO Le chant de la mer, Bruno Coulais
"Over The Rainbow", Melody Gardot
"She's a carioca", Brazilian Sketches, de Jim Tomlinson
"Blade Runner Blues", BO de Blade Runner, Vangelis
"Epiphanies", Battlestar Galactica OST, de Bear Mccreary
Arvo Part, Tabula Rasa : "I. Ludus"
"The divine dream", OST de Lighting Returns : Final Fantasy XIII, de Mitsuto Suzuki
"So tender", Keith Jarrett
Benjamin Britten, The Young Person's Guide to the Orchestra - 10. Variation I - The Harp
Claude Debussy, Danses, for harp & string orchestra

Voici les ouvrages qui ont permis l'émergence de cet épisode :

Les ouvrages déjà cités pour l'émission précédente :

Antonio Damasio, L'ordre étrange des choses

Henri Bergson, œuvres tome 1, édités chez Le Livre de poche, collection la Pochothèque – et en particulier Essai sur les données immédiates de la conscience et L’Évolution créatrice

Les ouvrages et articles introduits pour cette émission :

L'homme à la recherche de son âme, de Carl Gustav Jung

Un entretien réalisé dans le cadre de la parution de l’ouvrage de Serge Tisseron, L’Empathie, au cœur du jeu social, chez Albin Michel (2010) que l'on peut retrouver sur Cairn.fr : L'empathie, au cœur du jeu social, Serge Tisseron et Henri-Pierre Bass , Dans Le Journal des psychologues 2011/3 (n° 286), pages 20 à 23 https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2011-3-page-20.htm

LA MARQUE DE CELUI QUI A VU LE CHAOS., Compte-rendu du Livre Rouge de C.G. Jung, Nathan Schwartz-Salant, Les Cahiers jungiens de psychanalyse | « Cahiers jungiens de psychanalyse », 2011/2 N° 134

Émission : Les Chemins de la philosophie : Bergson, La Pensée et le mouvant, Invité : Frédéric Worms

Des textes gnostiques : Evangile de Thomas, Evangile de Marie, Evangile de Philippe, commentés par Jean-Yves Leloup

Article où l'influence de Bergson sur Jung est évoquée : Dangers de la compréhension psychanalytique, George Bright, Dans Cahiers jungiens de psychanalyse 2002/3 (n° 105)

Je rappelle que je n'aime pas la psychanalyse, mais j'aime Jung qui était aimé par Philip K. Dick et qui (Jung) aimait Bergson qui aimait Spinoza ; Spinoza qui est aimé par Antonio Damasio et Gille Deleuze qui est aimé par Alain Damasio. Et moi, je les aime tous.

dimanche 1 décembre 2019

Artborescience épisode 3 : la théorie de l'émergence, partie 2

Ce mercredi 4 décembre, à 16h sur Radio Campus Clermont-Ferrand, 93.3, nous continuerons d'explorer la théorie de l'émergence.

Dans cet extrait de l'épisode 37 de la saison 1 de Steven Universe, le héros fusionne avec sa meilleure amie pour devenir quelqu'un de nouveau. Garnet, grande habituée des fusions si l'on peut dire, explique à Steven et Connie qu'en fusionnant, ils ne sont pas devenus la simple somme de deux individus... Mais pas une seule personne non plus.

Quand deux gemmes fusionnent, elle se fondent en un individu nouveau. Un individu nouveau avec une personnalité propre, originale. Avec des qualités nouvelles, qui se résument pas à la seule addition des qualités des êtres fusionnés.

Tout est plus que la somme des parties : more is different. Plus, c'est différent. L'accumulation quantitative devient changement qualitatif. Voilà l'émergence résumée en une phrase... Mais l'émergence, c'est beaucoup plus que cela !

Tout d'abord, nous expliquerons les grands principes qui permettront de circonscrire la notion d'émergence ainsi que de comprendre ses conséquences lumineuses et ses conséquences obscures. Accrochez-vous, restez accrochés jusqu'à la fin : cette première partie sera relativement aride, mais la douceur suivra, car nous plongerons ensuite vers nos racines afin de penser l'émergence de la vie et l'émergence de l'esprit. Enfin, nous accosterons tout juste sur le continent des sentiments, que nous arpenterons dans la prochaine émission afin de gravir la montagne de la conscience.

J'aurai le plaisir d'évoquer lors de cette émission mon philosophe préféré : Henri Bergson. Nous suivrons le courant de la Durée bergsonienne pour appréhender son concept d'élan vital.


Peinture de A. Andrew Gonzalez

Erratum :

A un moment, je parle de la nostalgie des parents de Ponyo pour l'explosion cambrienne. Je me suis trompée, bien sûr. Ils parlent du Dévonien et non pas du Cambrien. C'est d'ailleurs une effervescence dévonienne que Fujimoto provoque, et pas une nouvelle explosion cambrienne : cela se voit à la ganache des poissons.

Le Cambrien correspond à la période où apparaissent les systèmes nerveux primitifs, puis des systèmes nerveux plus sophistiqués chez les premiers vertébrés (des poissons). Ci-dessous, un poisson du Cambrien à côté d'un poisson du Dévonien. Au moins 65 millions d'années les séparent !


Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot

Pauses musicales :
Première pause musicale : Desafinado, Joao Gilberto
Seconde pause musicale : L'histoire sans fin, Vendredi Sur Mer
En fin d'émission : Breaking Glass, David Bowie
%

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique, sachant que certains petits tapis apparaissent plusieurs fois) :

Over The Rainbow, Melody Gardot
Burn Out, The cinematic Orchestra
The Sea, Morcheeba
Part of the Process, Morcheeba
Jean-Sébastien Bach, petite fugue en sol mineur
The Pan Piper, Miles Davis, Sketches of Spain
Xenogears OST – Shevat – The Wind is calling
The jungle chorus, The northquest players
Low Life, Zoot Sims
So danço samba, Stan Getz et Luis Bonfé
OST de Ponyo sur la falaise, Joe Hisaishi
Carmen, Bizet – Carmen suite n°1 (Arr. E. Guiraud) : III Intermezzo
Carmen, Bizet – Carmen suite n°1 (Arr E. Guiraud) : IV. Séguedille

Références bibliographiques :

Les ouvrages déjà cités pour l'émission précédente :

Un Univers différent, Robert Laughlin
Simplicité profonde : le chaos, la complexité et l'émergence de la vie, John Gribbin
L'heure de s'enivrer, Hubert Reeves
Le dossier du magazine La Recherche n°405 datant de février 2007, « Emergence, la théorie qui bouscule la physique »

Les ouvrages introduits pour cette émission :

L'ordre étrange des choses, Antonio Damasio
Henri Bergson, œuvres tome 1, édités chez Le Livre de poche, collection la Pochothèque – et en particulier Essai sur les données immédiates de la conscience et L’Évolution créatrice

Une émission : Les chemins de la philosophie : Bergson, quand l'esprit rencontre la matière ; invité : Paul-Antoine Miquel, professeur de philosophie contemporaine à l'université de Toulouse

Une conférence passionnante que je vous recommande : ''La méduse qui fait de l'oeil et autres merveilles de l'évolution'', conférence de Jean Deutsch, spécialiste réputé de l'évolution biologique, pour l'Agora des Savoirs organisée par la ville de Montpellier.

mercredi 6 novembre 2019

Artborescience épisode 2 : la théorie de l'émergence, partie 1

Vous pouvez réécouter en podcast le deuxième épisode d'Artborescience, qui est le premier sur la théorie de l'émergence.

Annihilation d'Alex Garland est un film qui fait peur inspiré très très librement du roman éponyme de Jeff Vandermeer. Les héroïnes de ce film doivent explorer une zone interdite, par-delà une frontière irisée appelée le Miroitement. Cette zone est contaminée par un phénomène mystérieux et inexpliqué qui, par un truchement que je ne révélerai pas, pour ne pas divulgâcher, provoque des mutations très rapides chez les êtres vivants et des hybridations improbables. Ce phénomène qui parait a priori détruire les structures existantes semble en vérité conduire à la création de quelque chose de nouveau, comme l'une des exploratrices le note dans la bande-annonce. Comment la nouveauté émerge-t-elle de ce qui existe déjà ? Comment de l'inédit peut-il se créer à partir de la combinaison d'éléments préexistants et déjà bien connus ? Est-ce que la connaissance parfaite des éléments d'un système permet de connaître parfaitement les lois qui régissent leur combinaison ? Nous posons là la question de l'émergence.

Nous commencerons donc aujourd'hui notre exploration de la théorie de l'émergence, ce qui nous fournira quelques arguments pour répondre à une question profondément épistémologique (l'épistémologie, c'est à la fois l'étude critique des sciences et la science de la construction de la connaissance)  - cette question est : existe-t-il une loi fondamentale de laquelle tout découlerait, une loi qui nous permettrait de cerner d'une seule formule l'ensemble des lois qui régissent la diversité des phénomènes qui s'offre à yeux ? Ou bien n'existe-t-il rien de tel, et alors l'Univers ressemble à un Arlequin, à une famille de poupée gigognes qui sont toutes différentes... des poupées russes carnavalesques.

Références musicales :

Générique : If the Stars were mine, Melody Gardot
Pauses musicales :
Première pause musicale : La Llorona, Joan Baez
Deuxième pause musicale : Stronger than you, OST de la série Steven Universe
Troisième pause musicale : Begin Again, Norah Jones
En fin d'émission : Baby I'm a Fool, Melody Gardot

Tapis musicaux (dans l'ordre chronologique) :

So danço samba, Stan Getz et Luis Bonfé
Low Life, Zoot Sims
Life as a flower, OST du jeu Flower
Sea of Silence, Chill me out
OST de Ponyo sur la falaise
Invitation, Dorothy Ashby
UMN Mode, OST du jeu Xenosaga
Over the Rainbow, Melody Gardot
REFLECTIONS, Laurent de Wilde, New Monk Trio
Carmen suite n°1 III, Bizet
Mary's Theme, OST de Mary et la fleur de la sorcière

Références bibliographiques :

Un Univers différent, de Robert Laughlin, édité chez Fayard
Simplicité profonde de John Gribbin, chez Flammarion
L'heure de s'enivrer - L'Univers a-t-il un sens ? d'Hubert Reeves, chez Seuil
Le dossier du magazine La Recherche n°405 datant de février 2007, dossier intitulé « Emergence, la théorie qui bouscule la physique »
L'Art japonais de Joan Stanley-Baker aux éditions Thames&Hudson

Quelques références pop culturelles évoquées plus ou moins légèrement :

Annihilation, Alex Garland
Les films des studios Ghibli
L'impressionnisme, le pointillisme, le divisionnisme
Claude Monet, le jardin aux Iris
Jean Metzinger, Femme assise au bouquet de feuillage
Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris

lundi 30 septembre 2019

Artborescience épisode 1 : la théorie du chaos

Rencontrez Artborescience, l'émission jazzement scientifique, avec son premier épisode sur la théorie du chaos le mercredi 02 octobre de 16h à 17h sur Radio Campus Clermont-Ferrand !

Et pour ceux qui seront en animation pédagogique à ce moment-là, il y a le podcast :

La paléobotaniste incarnée par Laura Dern, dans le film Jurassic Park de Steven Spielberg, feint certainement d'ignorer ce qu'est la théorie du chaos afin de bénéficier de la démonstration tactile de Jeff Goldblum. L'explication très condensée de ce séducteur de Ian Malcolm nous suggère que le chaos au sens physique n'est pas simplement synonyme de désordre comme il l'est dans le langage courant. Le chaos s'apparente-t-il au désordre, à l'ordre, ou bien aux deux ? Cette question à laquelle nous répondrons en fait assez rapidement, nous permettra de parcourir les fascinantes facettes de cette théorie.

Nous allons couler avec cette goutte d'eau qui glisse sensuellement sur la main du Dr Sattler, pour traverser les nuages et cerner le champ sémantique du chaos. Nous nous interrogerons sur son rôle dans l'apparition de la vie, ce qui nous amènera à opposer entropie et complexité et à entrevoir différents destins possibles pour notre Univers. Enfin, après avoir rebondi sur la surface fractale d'un chou romanesco, nous déboucherons sur une manière singulière de concevoir le monde et d'apprécier sa beauté.

La liste des références musicales pour cet épisode :

Générique : If the Stars were mine version orchestrale, de Melody Gardot

Première pause musicale : It's Oh So Quiet, Bjork

Deuxième pause musicale : Pays sauvage, Emily Loizeau

Troisième pause musicale : Poussière, Merzhin

Les tapis musicaux :

UMN Mode, Xenosaga OST
Cache-Cache, Jacques Burtin
Firmament, OST du jeu GRIS
L'orage, Jacques Burtin
Extrait de Tristan et Isolde, Wagner
Ys, album « Renaissance de la harpe celtique » de Alan Stivell
MISTERIOSO, New Monk Trio, Laurent De Wilde

Références bibliographiques :

La théorie du Chaos, vers une nouvelle science de James Gleick, édité chez Flammation
Le chaos et l'harmonie, de Trinh Xuan Thuan, édité chez Folio
Un Univers différent, de Robert Laughlin, édité chez Fayard
Qu'est-ce que la vie ?, d'Erwin Schrödinger, chez Seuil
L'heure de s'enivrer - L'Univers a-t-il un sens ? d'Hubert Reeves, chez Seuil
Le destin de l'Univers, Jean-Pierre Luminet, chez Folio
Simplicité profonde de John Gribbin, chez Flammarion

Quelques références pop culturelles évoquées plus ou moins légèrement :

Jurassic Park de Steven Spielberg
Jackson Pollock
Bada Shanren, le peintre sauvage
Hokusai, jeune coq
Le livre de Kells
Dune, Frank Herbert
Hatoful Boryfriend, Moa Hato

lundi 23 septembre 2019

Artborescience

Voici venue Artborescience, une émission de vulgarisation scientifique jazzy, que vous retrouverez tous les premiers mercredis du mois à partir d'octobre 2019 sur Radio Campus Clermont-Ferrand de 16h à 17h.

Artborescience, c'est l'émission qui élargit votre horizon des événements, c'est l'émission qui entrelace les découvertes de la science contemporaine et les trouvailles de la culture populaire... L'émission ouverte à toutes les formes d'arts et de poésie. Artborescience, c'est l'émission qui révèle des liens, c'est l'émission qui synthétise et qui alchimise, l'émission qui butine et qui fertilise, et enfin l'émission qui assume de tirer parfois les sciences par les cheveux !

La page de l'émission sur le site de Radio Campus

La page facebook de l'émission