Le Blog des Couleurs qui croustillent

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - science

Fil des billets

mardi 15 avril 2014

Tribulations éthériques et ballade du Mage : partie 3

Bonjour chers lecteurs.

On ne peut pas dire que je sois très assidue du crayon, en ce moment... En effet, non seulement il y a FFXIV qui me harcèle tout le temps, mais en plus Catherine m'est tombée dessus pour mon anniversaire ! Du coup, j'ai fait Catherine. Et j'ai fini addicte aux cubes.

Maintenant, entrons dans le vif du sujet : la suite tant attendue des aventures de Brann, barde éthéroolique. Cette suite arrive tardivement car je voulais y mêler quelques dessins, mais je fais tellement de la crotte en ce moment que j'ai préféré y renoncer...

Tribulations éthériques et ballade du Mage
- un récit mélancomique -

EPISODE 3

Lire la suite...

mardi 18 février 2014

Buffanarts 1

Yeaheaheah ! J'ai enfin repris le dessin ! Une reprise en douceur, inspirée par ma passion de ces derniers mois : le Buffyverse ! Voici donc mes premiers Buffanarts :

1. Buffy Anne Summers, Tueuse de vampires. Lauriers et tournesols, cela coule de source.

J'hésite encore à laisser les petites fleurs sur son vêtement... Dtf, il est très possible que je fasse des retouches bientôt.

2. Spike, originairement William Pratt. Vampire d'origine britannique au caractère romantico-punk.

3. Winifred Burkle, aka Fred.

Fred est un personnage qui apparaît à la fin de la saison 2 de la série Angel, et qui devient un membre important du groupe Angel Investigations. Comme son background l'indique, il s'agit d'une jeune scientifique qui s'intéresse principalement à la physique quantique, et qui est particulièrement douée dans toutes les sciences brutes. Elle est dotée d'une énorme capacité de calcul et excelle en mathématiques.
Les équations présentées sur le dessin formulent simplement le principe d'incertitude d'Heisenberg.

J'ai hésité entre mon style habituel et un style plus réaliste... Comme je ne voulais pas trop me prendre le chou et me laisser guider par le seul plaisir, j'ai oscillé entre les deux, selon mes envies et ce que m'inspirait le personnage. Et j'ai opté pour des aplats légèrement nuancés.

Quelques nouveaux personnages prochainement !

Générique de Buffy, saison 7.

Mon atmosphère musicale du moment : Michael Jackson, They Don't Care About Us.

lundi 11 novembre 2013

Premiers fragments

Je n'arrête pas de vous parler de mon projet "Trous noirs et roses aurores", censé rassembler quelques dessins et poèmes de votre servante. Je vous rassure, il y aura davantage d'images que de poèmes : le rôle du texte ne sera que d'illustrer un peu les images. (oui, cela se veut rassurant parce que je connais peu de gens qui apprécient la poésie et surtout la mienne :o ) Rappelons que les thèmes essentiels de cette série sont les farces de la gravitation, les affres de l'obsession amoureuse et les joies de la balançoire en patins à roulettes.

Je vous présente donc trois de ces poèmes, parmi les plus courts des quinze déjà écrits (sans compter les vieux qui apparaîtront sans doute dans le bouquin).

(J'aborderai peut-être un jour la question de mon absence de rigueur quant aux règles de versification. En vérité, je fais ma propre petite cuisine, et les règles classiques m'ennuient. J'expliquerai cela plus tard, certainement...)

~

Dana

La lointaine lumière tripartite
Se déploie, se dédouble et se fabrique :
De la divine rose aux six pétales
Émerge le galactique corail.

Les eaux vermeilles de Dana
Surabondent en radieuse écume :
Ces bulles claires qui s'embrassent,
S'enroul.ent en boucles de volumes.

Tous les livres des oracles
Pliés dans une voix :
Celle qui nous envoie
Les auror.es et le miracle.

31 octobre 2013

~

Violine et or

La rivière longue et mélodieuse
De tes mains sur ma peau fine et poreuse
D'où coulent les couleurs violine et or
Transmises de cent lunes radieuses.

La pluie fine puis lourde et fluctuante
De tes doigts longs sur ma peau transparente
D'où coulent les couleurs violine et or
Qui m'emplissent de chaleur ondulante.

Rupture du flux et douleur intense,
Cette perte m'éloigne de ma vie.
Mon chemin s'assombrit, un vide immense
En l'espace où jamais je ne guéris.

03 octobre 2013

~

- G -

G, cette insaisissable force vagabonde
Qui embrasse et traverse la suite des mondes
Enrobe et fait valser, par un souffle d'amour,
Les cordes, les corpuscul.es et les astres lourds.

G se féconde elle-même et s'auto-calcule,
Brasse une écume et des boucles si minuscules.
Elle esquisse les formes de la Création
Sous la surface sensible des projections.

G déploie des spirales d'hippocampes lestes :
Ces queues superposent l'infinité des gestes.
Pourrait-on voir, glissée sous le divin tapis,
La vaste ribambelle des couleurs de pi ?

G, l'obscure Matrice qui se dissimule,
Fait plier les dimensions telles des lunules.
La complice du Temps et de l’Énergie sombre
Dit le destin des Plans et en fixe les nombres.

11 novembre 2013

lundi 28 octobre 2013

Le trou noir dans tous ses états

Je n'ai pas fait de billet d'Halloween cette année. =( Pas de citrouilles, pas de sorcières, pas de vampires... Je me rattrape un peu maintenant avec un genre de vampires astronomiques.

Comme vous le savez à présent, j'ai l'intention de dédier mon prochain fascicule aux trous noirs. Aux trous noirs astrophysiques comme aux trous noirs métaphysiques. La moindre des choses, c'était donc de représenter graphiquement les trous noirs astrophysiques eux-mêmes, au lieu de les évoquer seulement par des allégories vaguement métonymiques. J'ai ainsi essayé de produire des images de trous noirs, plus strictes et pas trop moches non plus, intermédiaires entre le schéma et le mandala.

Ce n'est pas folichon, certes, mais voilà qui est sensé, néanmoins. (Mais si, vraiment.)

(je rappelle que j'avais déjà évoqué et un peu défini les trous noirs dans un précédent billet. Voici également une page bien faite sur la structure des différents types de trous noirs)

Commençons par le trou noir de Kerr :

On y retrouve les deux horizons des événements, ainsi que la singularité annulaire, qui est une singularité temporelle. C'est-à-dire que l'on peut y échapper : soit la traverser, soit passer à côté. On se retrouverait alors soit dans un univers "négatif" (représenté par les figures fractales de Mandelbrot blanches et bleues), soit dans un univers extérieur (soit un autre univers, soit un autre feuillet de notre univers, représenté par les figures fractales noires et rouges) L'ergosphère est représentée par les entrelacs.

Ensuite, le trou noir-Univers :

Un trou noir de quelques dizaines de kilomètres de diamètre pourrait contenir... un univers de plusieurs milliards d'années-lumière ! ça rappelle un peu le Tardis du Docteur, mais à une échelle autrement plus impressionnante. Et un tel univers produirait lui-même des trous noirs, qui contiendraient des univers qui produiraient d'autres trous noirs, etc... Jean-Pierre Luminet, dans Le Destin de L'Univers, compare cet "emboîtement" à celui des poupées gigognes. Quant à moi, cette effervescence prolifique me rappelle les figures fractales de Mandelbrot : voilà pourquoi ce trou noir-Univers contient une rose fractale.

Enfin, un trou noir devant une rose aurore :

A part cela, j'ai un peu modifié l'aquarelle Interférences (le visage était trop pâle), mais je n'ai pas encore pu prendre de nouvelles photos. J'attends que la météo soit plus clémente. =(

mardi 30 octobre 2012

Like a Virgin

L'homme décoratif du jour est Virgo. Aquarelle, crayon et encre Sennelier dorée. 56*56 cm.

Au niveau des proportions, c'est nawak (enfin, encore plus que d'habitude, quoi), mais je ne me suis rendu compte des grosses erreurs qu'une fois le crayonné reporté... Donc crotte. En revanche, je suis plutôt très contente des couleurs.

Et, encore une fois, la photo n'est pas top : étant donné le manque de lumière naturelle, j'ai dû me contenter de l'halogène, et j'ai même dû mettre le flash pour qu'on distingue raisonnablement. Le problème du flash, c'est que ça crée une lumière hétérogène, et le centre de la feuille est beaucoup trop éclairé (les lys sont moins clairs, en réalité !)

Dans la série "Zodiaque (décoratif au masculin)", initiée avec Sagittarius et Virgo, je m'attache plus aux objets astronomiques que l'on peut voir en direction des constellations zodiacales qu'aux symboles astrologiques, même si je m'inspire légèrement aussi de ces derniers. Je ne crois absolument pas à l'astrologie, mais les symboles qui y sont liés m'intéressent tout de même un peu... et puis c'est aussi un bon prétexte pour dessiner des trucs un peu new age.

Donc, je m'intéresse davantage aux objets astronomiques que l'on peut voir dans la direction de ces constellations. Deux choses m'avaient motivée pour Sagittarius : le dessin du centaure lui-même et le grooooos point d'intérêt de la constellation du Sagittaire : le centre de notre Galaxie ! Sagittarius A, le centre de la galaxie, avec son méga trou noir central, voire ses mega trous noirs, ses mystères, son énergie faramineuse, etc... C'est ce que j'ai voulu représenter par la grosse étoile éclatante.

La région de Virgo est aussi très intéressante, puisque l'on peut y voir l'Amas de la Vierge (amas de galaxies), et même le Superamas de la Vierge (amas d'amas de galaxies) ! J'ai tenté d'évoquer ces objets cosmiques par les nombreuses "étoiles" et amas dorés figurant en fond. (ces espèces d'étoiles sont faites grâce à de l'eau de javel diluée) Un autre objet intéressant dans la constellation de la Vierge est la Galaxie du Sombrero... Mais un sombrero, ça aurait un peu moins seyant que les plumes de paon...

mercredi 26 septembre 2012

Trou noir dans le creux de la main


J'ai voulu profiter de ma participation au défi AF (sur le thème "mains") pour faire une sorte de diagramme : un diagramme évoquant les théories de la physique contemporaine qui visent à unifier cette dernière, pour comprendre les "singularités" de l'espace-temps (telles que les trous noirs, comme on en voit sur ma petite illustration).



Expliquons donc un peu tout ça !

Lire la suite...

lundi 26 septembre 2011

Prismatique

Bienvenue en automne, chers congénères.

J'ai reçu mon tome 5 collector de Maliki dédicacé ! Le Prismatique collector est vraiment somptueux : tranche des pages dorée, quatrième de couverture en relief, encre irisée sur la première de couverture... Avec un thème qui me parle, bien sûr, annoncé par le titre et justifié par les belles illustrations bonus ! Et puis ma dédicace, toute belle, toute colorée... Un bel objet qui exhale plutôt un parfum de printemps. 'bref, ça méritait vraiment un nouveau fanart, prismatique aussi, et avec les plumes de paon qui sont très à la mode au bout de mon crayon en ce moment.

C'est à Newton que nous devons le spectre des "sept couleurs"... (dénombrement et dé©coupage tout-à-fait arbitraires)
Je vous présente ces vers de Voltaire que j'aime énormément, écrits en l'honneur d'Emilie du Châtelet et de son travail de traduction des Principia de Newton :

" Dieu parle et le chaos se dissipe à sa voix,
Vers un centre commun tout gravite à la fois,
Ce ressort si puissant, l'âme de la Nature,
Etait enseveli dans une nuit obscure.
Le compas de Newton mesurant l'Univers,
Lève enfin ce grand voile et les cieux sont ouverts.
Il déploye à mes yeux, par une main savante
De l'astre des saisons la robe étincelante.
L'Emeraude, l'azur, le pourpre, le rubis
Sont l'immortel tissu dont brillent ses habits,
Chacun de ses rayons dans sa substance pure
Porte en soi les couleurs dont se peint la Nature
Et confondus ensemble, ils éclairent nos yeux,
Ils animent le monde, ils remplissent les cieux. "

Notons que le magenta (rose fuchsia) n'est pas une couleur prismatique : il ne correspond à aucune lumière monochromatique ! Les spectres du dessin sont donc très fantaisistes (tout comme le prisme...).

Si vous aussi la couleur vous passionne, faites vous offrir à Noël le Traité des couleurs de Libero Zuppiroli et Marie-Noëlle Bussac, aux Presses polytechniques et universitaires romandes.

Des sites internet dédiés à la couleur :
- www.profil-couleur.com
- pourpre.com


La prochaine fois : probablement une collab (une colo relativement complexe pour ma part, donc cela risque de prendre du temps !), ou bien quelques nouvelles créatures en perles, ou bien un fanart de Daenerys...

dimanche 29 août 2010

Le retour de l'hologramme

Au début du mois je vous ai expliqué le thème de mon illustration qui chapeaute le blog, à savoir la théorie holographique liée à  l'entropie des trous noirs formulée par Stephen Hawking. Le sujet est précisément d'actualité. Le magazine Science et Vie semble parfois s'enflammer et faire des unes dithyrambiques pour pas grand-chose. Les gros titres portent généralement des idées certes jolies et alléchantes mais tournées de façon un peu trompeuse voire racoleuse. À la une du numéro de septembre 2010 : Gravitation, elle ne serait qu'une illusion !

Lire la suite...

mardi 10 août 2010

Psychedelic order of the golden dawn

Le blog s'est débarrassé de sa mue irritante pour revêtir un épiderme plus hydraté et plus adapté à sa fonction. C'est-à-dire un design plus aérien et des couleurs plus claires pour un contenu frivole et pas toujours très clair.

L'image d'en-tête, c'est "Hologramme" : ou comment un dieu peut encoder des informations à la surface d'un trou noir.

La formule de l'entropie du trou noir découverte par Stephen Hawking ne fait intervenir qu'une seule variable : l'aire de l'horizon. Ce qui fait dire à son auteur que cette surface contient les informations afférentes aux objets qui y sont "tombés". La gravité quantique aurait donc des propriétés holographiques. Le principe de l'hologramme réside en effet dans le stockage d'informations relatives à des objets de dimension n dans un objet de dimension n moins 1. Ce stockage est tel que ces informations sont suffisantes pour reconstituer totalement l'objet dans toutes ses dimensions.
Selon Dr Hawking, nous vivons peut-être à la surface d'une brane, ce qui ferait de nous, de la même façon, des sortes d'hologrammes. Nous vivrions sur une brane à quatre dimensions, enroulée autour d'une cinquième dimension. Dans la surface à quatre dimensions seraient également enroulées des dimensions plus petites, cinq ou six dimensions supplémentaires (celles dont la théorie des cordes a besoin).

Choses mangées pour me donner du courage : des chamallows dans du chocolat chaud... J'ai vu ça dans kick ass. Bah c'est vachement bon...