Le Blog des Couleurs qui croustillent

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - trou noir

Fil des billets

jeudi 10 septembre 2015

Lonely Rolling Star

Je suis très contente et très angoissée de vous annoncer que les quatre premiers chapitres de Wermob-pilotes - tome 1 : L'Etheroscope sont publiés sur Wattpad.

Sans les Wermob-pilotes, jamais la Fédération Umana n'aurait connu une telle expansion. En effet, seule la navigation à travers le Wermob - le réseau de trous de ver - permet le voyage interstellaire. Rares et précieux, les Wermob-pilotes incarnent le summum de l’héroïsme. S'il est des icônes capables de recueillir tous les suffrages d'un empire aussi étendu, ce sont eux.

Yann, douze ans, rêve de devenir Wermob-pilote. Or, Yann est une humaine-racine, c'est-à-dire une humaine qui n'a pas été génétiquement modifiée pour pouvoir s'adapter à la vie extraterrestre. Pourtant, malgré sa condition, elle possède le pouvoir requis pour le Wermob-pilotage : celui de manipuler l’Éther. La jeune fille quitte donc la maison campagnarde de sa grand-mère, où elle a vécu toute son enfance, pour se rendre à Ascendhaël, une école fédérale où elle débutera son apprentissage... Sans savoir qu'au sein de la hiérarchie fédérale, tout le monde ne l'entend pas de cette oreille.

Émissions écoutées pendant le dessin et la colorisation (de choses que je n'ai pas encore terminées, notamment) :

Musique écoutée pendant la relecture du tome 1 :

  • Album The black box, aivi & surasshu (que vous pouvez écouter sur Bandcamp)
  • FFVII piano collection
  • Le Chant de la forêt, Jacques Burtin. Des chants d'oiseau et de la pluie, pour se relaxer.

mercredi 1 juillet 2015

Chemin de point de croix

Je reviens, après une absence plutôt longue, avec un peu d’Éther pour contrer le vent brûlant du désert.

J'ai de nouveau représenté Yann Faraday, accompagnée de la figure du dragon-chat qui apparaîtra dans le tome 2 de Wermob-pilotes. Les couleurs seront sûrement avivées un peu plus tard... Il faut que je trouve un équilibre : je veux produire un effet nacré, donc il ne faut pas que ce soit trop flashy, mais pas pâlot non plus !

Ce qui m'a donné l'idée de cette illustration, c'est une commande de Léna, pour son site internet lenajaros.com. L'image n'est pas encore installée sur la page d'accueil. J'ai hâte de l'y voir !

J'ai réalisé également deux autres commandes : l'une pour un cadeau de naissance (l'aquarelle ci-dessous) et une autre que malheureusement je ne pourrai pas montrer avant le 1er août, car l'effet de surprise ne doit pas être gâché pour le destinataire !

Je n'avais donc pas posté de billet depuis un certain temps... Parce que je suis dans une période relativement zen. Le temps, je le prends. J'en fais ce que je souhaite. J'essaie de répartir correctement mes activités afin d'éviter les "burn-out" - des burn-out qui n'ont jamais été dus à la quantité de travail qui m'incombe réellement, mais à celle que je m'impose, à la pression que je me mets toute seule. J'apprends progressivement à relâcher la pression, à m'accorder de vrais moments de détente, surtout le soir : je regarde Fringe en faisant du point de croix (voir ci-dessous), je lis Terry Pratchett, je me balade dans Tomb Raider Anniversary... J'ai commencé le Tomb Raider de 2013, mais j'ai arrêté à peu près au tiers du jeu : trop gore, trop angoissant. Même si j'ai beaucoup apprécié les phases de jeu les plus calmes. (j'ai très envie de faire un fanart, d'ailleurs) Jouer à TRA en pleine canicule, ça me plonge dans une certaine nostalgie. Mes premières parties de Tomb Raider 1... C'était il y a dix-huit ans, morbleu !

Revenons au point de croix ! J'avais commencé le pixel art en mini perles Hama (celles qu'il faut poser avec une pince à épiler), mais ça revient assez cher, et le résultat est un peu fragile.

Je me suis donc tournée vers la broderie. C'est une activité très relaxante, qui ne demande pas beaucoup de concentration (enfin, pour les modèles que je réalise, en tout cas), et qui me permet de méditer tout en ne m'ennuyant pas. Et je vais pouvoir faire de nouvelles broches pour le sac d'école d'Apolline, un peu plus solides que celles en perles Hama !

Je vous dis à bientôt ; a priori, le prochain billet paraîtra avant la fin de l'été (indien), et il sera probablement folklorique !

lundi 11 novembre 2013

Premiers fragments

Je n'arrête pas de vous parler de mon projet "Trous noirs et roses aurores", censé rassembler quelques dessins et poèmes de votre servante. Je vous rassure, il y aura davantage d'images que de poèmes : le rôle du texte ne sera que d'illustrer un peu les images. (oui, cela se veut rassurant parce que je connais peu de gens qui apprécient la poésie et surtout la mienne :o ) Rappelons que les thèmes essentiels de cette série sont les farces de la gravitation, les affres de l'obsession amoureuse et les joies de la balançoire en patins à roulettes.

Je vous présente donc trois de ces poèmes, parmi les plus courts des quinze déjà écrits (sans compter les vieux qui apparaîtront sans doute dans le bouquin).

(J'aborderai peut-être un jour la question de mon absence de rigueur quant aux règles de versification. En vérité, je fais ma propre petite cuisine, et les règles classiques m'ennuient. J'expliquerai cela plus tard, certainement...)

~

Dana

La lointaine lumière tripartite
Se déploie, se dédouble et se fabrique :
De la divine rose aux six pétales
Émerge le galactique corail.

Les eaux vermeilles de Dana
Surabondent en radieuse écume :
Ces bulles claires qui s'embrassent,
S'enroul.ent en boucles de volumes.

Tous les livres des oracles
Pliés dans une voix :
Celle qui nous envoie
Les auror.es et le miracle.

31 octobre 2013

~

Violine et or

La rivière longue et mélodieuse
De tes mains sur ma peau fine et poreuse
D'où coulent les couleurs violine et or
Transmises de cent lunes radieuses.

La pluie fine puis lourde et fluctuante
De tes doigts longs sur ma peau transparente
D'où coulent les couleurs violine et or
Qui m'emplissent de chaleur ondulante.

Rupture du flux et douleur intense,
Cette perte m'éloigne de ma vie.
Mon chemin s'assombrit, un vide immense
En l'espace où jamais je ne guéris.

03 octobre 2013

~

- G -

G, cette insaisissable force vagabonde
Qui embrasse et traverse la suite des mondes
Enrobe et fait valser, par un souffle d'amour,
Les cordes, les corpuscul.es et les astres lourds.

G se féconde elle-même et s'auto-calcule,
Brasse une écume et des boucles si minuscules.
Elle esquisse les formes de la Création
Sous la surface sensible des projections.

G déploie des spirales d'hippocampes lestes :
Ces queues superposent l'infinité des gestes.
Pourrait-on voir, glissée sous le divin tapis,
La vaste ribambelle des couleurs de pi ?

G, l'obscure Matrice qui se dissimule,
Fait plier les dimensions telles des lunules.
La complice du Temps et de l’Énergie sombre
Dit le destin des Plans et en fixe les nombres.

11 novembre 2013

lundi 28 octobre 2013

Le trou noir dans tous ses états

Je n'ai pas fait de billet d'Halloween cette année. =( Pas de citrouilles, pas de sorcières, pas de vampires... Je me rattrape un peu maintenant avec un genre de vampires astronomiques.

Comme vous le savez à présent, j'ai l'intention de dédier mon prochain fascicule aux trous noirs. Aux trous noirs astrophysiques comme aux trous noirs métaphysiques. La moindre des choses, c'était donc de représenter graphiquement les trous noirs astrophysiques eux-mêmes, au lieu de les évoquer seulement par des allégories vaguement métonymiques. J'ai ainsi essayé de produire des images de trous noirs, plus strictes et pas trop moches non plus, intermédiaires entre le schéma et le mandala.

Ce n'est pas folichon, certes, mais voilà qui est sensé, néanmoins. (Mais si, vraiment.)

(je rappelle que j'avais déjà évoqué et un peu défini les trous noirs dans un précédent billet. Voici également une page bien faite sur la structure des différents types de trous noirs)

Commençons par le trou noir de Kerr :

On y retrouve les deux horizons des événements, ainsi que la singularité annulaire, qui est une singularité temporelle. C'est-à-dire que l'on peut y échapper : soit la traverser, soit passer à côté. On se retrouverait alors soit dans un univers "négatif" (représenté par les figures fractales de Mandelbrot blanches et bleues), soit dans un univers extérieur (soit un autre univers, soit un autre feuillet de notre univers, représenté par les figures fractales noires et rouges) L'ergosphère est représentée par les entrelacs.

Ensuite, le trou noir-Univers :

Un trou noir de quelques dizaines de kilomètres de diamètre pourrait contenir... un univers de plusieurs milliards d'années-lumière ! ça rappelle un peu le Tardis du Docteur, mais à une échelle autrement plus impressionnante. Et un tel univers produirait lui-même des trous noirs, qui contiendraient des univers qui produiraient d'autres trous noirs, etc... Jean-Pierre Luminet, dans Le Destin de L'Univers, compare cet "emboîtement" à celui des poupées gigognes. Quant à moi, cette effervescence prolifique me rappelle les figures fractales de Mandelbrot : voilà pourquoi ce trou noir-Univers contient une rose fractale.

Enfin, un trou noir devant une rose aurore :

A part cela, j'ai un peu modifié l'aquarelle Interférences (le visage était trop pâle), mais je n'ai pas encore pu prendre de nouvelles photos. J'attends que la météo soit plus clémente. =(

mercredi 26 septembre 2012

Trou noir dans le creux de la main


J'ai voulu profiter de ma participation au défi AF (sur le thème "mains") pour faire une sorte de diagramme : un diagramme évoquant les théories de la physique contemporaine qui visent à unifier cette dernière, pour comprendre les "singularités" de l'espace-temps (telles que les trous noirs, comme on en voit sur ma petite illustration).



Expliquons donc un peu tout ça !

Lire la suite...

dimanche 29 août 2010

Le retour de l'hologramme

Au début du mois je vous ai expliqué le thème de mon illustration qui chapeaute le blog, à savoir la théorie holographique liée à  l'entropie des trous noirs formulée par Stephen Hawking. Le sujet est précisément d'actualité. Le magazine Science et Vie semble parfois s'enflammer et faire des unes dithyrambiques pour pas grand-chose. Les gros titres portent généralement des idées certes jolies et alléchantes mais tournées de façon un peu trompeuse voire racoleuse. À la une du numéro de septembre 2010 : Gravitation, elle ne serait qu'une illusion !

Lire la suite...

mardi 10 août 2010

Psychedelic order of the golden dawn

Le blog s'est débarrassé de sa mue irritante pour revêtir un épiderme plus hydraté et plus adapté à sa fonction. C'est-à-dire un design plus aérien et des couleurs plus claires pour un contenu frivole et pas toujours très clair.

L'image d'en-tête, c'est "Hologramme" : ou comment un dieu peut encoder des informations à la surface d'un trou noir.

La formule de l'entropie du trou noir découverte par Stephen Hawking ne fait intervenir qu'une seule variable : l'aire de l'horizon. Ce qui fait dire à son auteur que cette surface contient les informations afférentes aux objets qui y sont "tombés". La gravité quantique aurait donc des propriétés holographiques. Le principe de l'hologramme réside en effet dans le stockage d'informations relatives à des objets de dimension n dans un objet de dimension n moins 1. Ce stockage est tel que ces informations sont suffisantes pour reconstituer totalement l'objet dans toutes ses dimensions.
Selon Dr Hawking, nous vivons peut-être à la surface d'une brane, ce qui ferait de nous, de la même façon, des sortes d'hologrammes. Nous vivrions sur une brane à quatre dimensions, enroulée autour d'une cinquième dimension. Dans la surface à quatre dimensions seraient également enroulées des dimensions plus petites, cinq ou six dimensions supplémentaires (celles dont la théorie des cordes a besoin).

Choses mangées pour me donner du courage : des chamallows dans du chocolat chaud... J'ai vu ça dans kick ass. Bah c'est vachement bon...

samedi 14 juin 2008

Black holes for dummies


La Limite d'Oppenheimer I, juin 2008
Meilleure resolution ici.

Eternelle et statique,
Princesse endormie, dieu enchaîné,
La Belle au Bois dormant dans le lit de Schwarzschild.

Lire la suite...